michel aupetit archevêque de paris
michel aupetit archevêque de paris

Quand le nouvel archevêque de Paris amalgamait mariage pour tous, polygamie et inceste

Un homophobe succède à un autre homophobe diront certains. Michel Aupetit, évêque de Nanterre succède à André Vingt-Trois — touché par la limite d’âge — comme archevêque de Paris. Si on se souvient bien de l’acharnement de ce dernier contre le mariage pour tous, on peut aussi se rappeler les propos du premier en 2012, peu après l’élection de François Hollande.

Comme le relevait Yagg à l’époque, dans une interview à Paris Notre Dame, il avait déclaré en juillet 2012: «une loi a pour vocation de s’appliquer à tous et donc d’être universelle. Il ne convient pas, qu’au nom d’un individualisme exacerbé, on crée une loi pour chaque catégorie de personnes. Sinon, pourquoi pas la polygamie? L’inceste? L’adoption d’un enfant par un frère et une sœur?». Il ajoutait que «l’homoparentalité est une inexactitude», puisqu’«il y a toujours un père et une mère» et que «le recours à une procréation médicalement assistée serait une profonde injustice faite aux enfants».

Un amalgame qui n’est pas nouveau

L’amalgame entre mariage des couples de même sexe et polygamie n’est pas nouveau, loin s’en faut, rappelait également Yagg citant comme exemple les catholiques intégristes de l’Institut Civitas qui en avaient fait l’un de leurs slogans de campagne: «Aujourd’hui le mariage homo, demain la polygamie».

Des propos qui font écho à ceux qu’avait prononcé le cardinal Philippe Barbarin, évêque de Lyon peu après. « Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre. Après, un jour peut-être, l’interdiction de l’inceste tombera.», avait-il déclaré sur une radio catholique.

Pendant le mariage pour tous, l’Eglise Catholique française a mis tous ses réseaux à contributions pour lutter contre l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Ce sont ces réseaux là qui ont aidé à créer la Manif pour tous.

La nomination du nouvel archevêque de Paris apparaît, du moins à cet égard, comme un signe de continuité.

Photo via Wikipedia