Comment la diva de Broadway Barbara Cook racontait le coming out de son fils et pourquoi c’est très émouvant

This post is also available in: English

La légende de Broadway, Barbara Cook, est décédée mardi matin d’une insuffisance respiratoire à l’âge de 89 ans.

L’actrice et chanteuse qui avait gagné des Tony Awards a joué les ingénues durant les années 1950 et 60, l’âge d’or de Broadway. Des années plus tard, après avoir surmonté la toxicomanie et la dépression, elle s’est transformée en diva des cabarets et des concerts.

Barbara Cook est surtout connue pour son rôle dans Candide (1956), un opéra de Leonard Bernstein, et l’enregistrement de l’album original qui a assuré son immortalité. Elle a également créé le rôle de Marian, une bibliothécaire qui tombe amoureuse d’un escroc, Harold Hill, dans The Music Man.

barbara cook

À la fin des années 60, la dépression et l’alcoolisme de Cook ont raison de sa carrière. Elle fait son comeback en 1975 quand elle se produit dans un concert «extraordinaire» au Carnegie Hall et elle est alors saluée comme «la plus grand artiste de cabaret théâtral de notre époque».

En juin 2016, elle est interviewée par Terry Gross de la radio publique NPR. Au cours de leur discussion, elle évoque la communauté gay, en particulier le coming out émouvant de son fils, Adam LeGrant.

 

Barbara Cook avec son fils Adam LeGrant en 1963 et 2006

Terry Gross commence: «Beaucoup de celles et ceux que vous avez connu dans le monde du cabaret et de Broadway sont ou étaient gay. Votre fils a fait son coming out quand il était adulte. Et vous écrivez que vous avez pleuré pendant des jours. Et … »

Cook confirme: « Oui, pendant cinq jours ».

« Pourquoi? » Gross demande. « Comme vous connaissiez tellement de gays, ce n’est pas comme si vous étiez homophobe. »

Ensuite, Cook confie l’histoire du coming out émouvant de son fils en détail, une histoire qui peut faire tristement écho à l’expérience de nombreuses personnes LGBT et de leurs mères.

« Pas du tout, mais c’était … Eh bien, c’est quelque chose d’énorme pour quelqu’un, vous savez, c’est très important. Et je pensais connaître mon fils à fond, et je me suis rendu compte que ce n’était pas le cas, vous comprenez, il avait son mode de vie qu’il voulait vivre pleinement.  Et je ne l’ai pas compris. Et je pensais qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. J’ai un fils que je ne connais pas.

Et j’ai pleuré pendant environ cinq jours. Et je pensais aussi, vais-je avoir des petits-enfants? Tout ça. Et puis je me suis dit: Mais qu’est-ce qui te prend? Et je me suis rendu compte que toute ma vie, j’avais l’impression d’être en dehors de … et bien, de ce que j’appelle le courant dominant de la vie. Avoir un fils me connectait d’une certaine façon. Et puis, quand il m’a dit qu’il était gay, cela m’a déconnecté, et cela m’a dérangé.

Et puis j’ai pleuré environ cinq jours. Et alors j’ai pensé, attends une minute, qu’est-ce qui se passe? Et je me suis dit, regardez, Adam LeGrant n’est pas là pour me connecter sur quoi que ce soit. Et je suis là pour essayer de l’aider à être la personne la plus complète, pour l’aider. Et puis j’étais OK.

Gross répond: « Vous savez comment vous disiez que vous avez réalisé que, vous savez, le travail de votre fils n’était pas de vous tenir connectée, votre travail était de l’aider? »

Cook répond simplement, « Oui ».

Ecoutez à 29’20 » pour entendre l’histoire de Barbara Cook:

Traduction: Christophe Martet

(Visited 104 times, 1 visits today)