Un bodybuilder russe s’injecte des produits dangereux dans le corps pour avoir les bras de Popeye

This post is also available in: English Español Português Русский ไทย 繁體中文

Le 17 janvier 1929, un dessinateur américain du nom de E.C. Segar a créé un caractère de comic strip du nom de Popeye, un marin au grand cœur qui avait des très gros muscles et une force hors du commun une fois qu’il avait ingéré des épinards. Bien que Popeye ait eu immédiatement des fans, son créateur n’avait sans doute pas imaginé qu’un jour quelqu’un voudrait vraiment lui ressembler.

Mais aujourd’hui, presque 90 ans plus tard, un ancien soldat russe du nom de Kirill Tereschin injecte de l’huile dans ses muscles pour avoir les mêmes muscles que Popeye et il risque d’en mourir.

Le jeune homme de 21 ans s’est injecté à plusieurs reprises du synthol – un antalgique – afin d’épaissir ses biceps et ses triceps. Résultat: le tour de ses bras atteint désormais 60 centimètres. Ses muscles se sont inflammés et l’ont rendu malade.

Popeye bodybuilder 01
Popeye, the sailor man

L’histoire de Popeye le bodybuilder

Après avoir quitté l’armée, Tereschin voulait se mettre au bodybuilding et battre quelques records. En plus de l’exercice, il a commencé à s’injecter du synthol dans les bras, parfois plusieurs litres.

@r_olegovich35

A post shared by k1rya26rus (@s_1_a_c_k_3_r) on

« Afin d’atteindre un niveau qui permettra de battre le record, il faut s’injecter plusieurs litres à la fois », a-t-il déclaré. « Quand je le faisais, j’ai eu de la fièvre jusqu’à 40 degrés et j’étais coulé au lit avec l’impression que j’allais mourir, mais ça s’est bien terminé ».

Le Synthol est un mélange d’huile, de lidocaine et d’alcool. Les body builders se l’injectent parfois dans les muscles pour augmenter la taille de leurs muscles avant des compétitions de body building. Mais un usage répété peut causer des dommages aux nerfs, des cicatrices, des ulcères, des infections et des caillots de sang potentiellement mortels.

A post shared by k1rya26rus (@s_1_a_c_k_3_r) on

Une pratique partagée aussi par certaines femmes trans

La démarche de Tereschin pour avoir l’idée qu’il se fait du corps idéal peut sembler idiote, mais les femmes trans s’injectent parfois du silicone industriel et d’autres produits dangereux pour les aider à transformer leur apparence. Cette pratique se nomme en anglais le pumping et plusieurs femmes ont développé des infections mortelles ou d’autres problèmes médicaux sérieux à cause d’elle.

Si Terechin ne se calme pas et ne se tient pas, comme Popeye, qu’à la musculation et aux épinards, il risque de se retrouver bientôt privé entièrement de son corps.