Thérapies de conversion au Brésil: Act Up-Paris manifeste devant l’Ambassade du Brésil

Le 18 septembre dernier un juge fédéral du Brésil a autorisé les thérapies de conversion pour les homosexuels après une plainte de certains psys contre le Conseil Fédéral de Psychologie. Ce dernier considère que les thérapies de conversion sont « une violation des droits humains et n’ont aucun fondement scientifique » et a fait appel de la décision.

Hier 5 octobre, Act Up-Paris a manifesté devant l’Ambassade du Brésil en France, située avenue Franklin Delano Roosevelt, dans le VIIIème arrondissement, pour protester contre cette décision. « La réalité que cautionne cette décision de justice est violente : les thérapies de conversion rabaissent, humilient, brisent, nuisent à notre santé, alimentent les nouvelles contaminations au VIH/SIDA et tuent. », estime l’association de lutte contre le VIH/Sida dans un communiqué.

L’association a manifesté avec des slogans comme « Des fellations, pas des conversions! ».

Ci-dessous, l’action d’Act Up-Paris devant l’ambassade du Brésil:

« La tournure de la décision judiciaire rendue publique le 19 septembre est particulièrement perfide : le juge Waldemar de Carvalho stipule simplement qu’on ne peut empêcher les psychologues de proposer ces « thérapies de conversions » aux personnes qui le désirent – bien qu’elles soient généralement imposée par la famille de l’intéresséE – mais renvoie par la même occasion l’homosexualité dans la case des maladies, dont elle n’avait que trop tardivement été rayée, en 1990 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il y a seulement 27 ans. », critique Act Up.

Des thérapies dangereuses

Comme nous le rappelions au moment de la décision du juge brésilien, les thérapies de conversion sont dangereuses. Les méthodes employées vont jusqu’à la torture physique et émotionnelle. En Angleterre, une église propose de « guérie » l’homosexualité avec trois jours de prière et de jeûne. D’autres praticiens ont utilisé l’électrothérapie.

Hornet a lancé une pétition pour inciter le Brésil a réinterdire ces soi-disantes thérapies. Signez la!

Photo via Istockphot

 

(Visited 92 times, 1 visits today)