Bus théorie du genre
Bus théorie du genre

Les associations LGBT dénoncent le « bus de la honte » qui veut alerter sur l' »idéologie du genre »

De nombreuses associations LGBT publient une tribune dans Libération pour dénoncer le « bus de la honte ». Le bus en question a été affrété par la plateforme CitizenGo. Il sillonnera les rues de Paris du 3 au 9 octobre pour lutter contre « l’idéologie du genre. » La tournée du bus à pour but de «protéger les enfants» et à «alerter» les parents contre la politique de l’éducation nationale.

Délires diffamatoires

Les associations LGBT dénoncent « l’obsession d’une école qui n’instruirait plus mais se substituerait aux parents pour éduquer les enfants, les délires diffamatoires sur une prétendue éducation sexuelle dès la maternelle, l’opposition farouche à la déconstruction des stéréotypes de genre, le déni des familles homoparentales. »

Sur la pétition publiée sur CitizenGo, les organisateurs du Bus écrivent:

« Nous croyons fermement que les enfants n’ont pas à subir des expérimentations d’idéologues pendant la période cruciale de construction de leur personnalité. Il y a un véritable risque de déconstruction de leur personnalité.

C’est pourquoi nous voulons, par cette pétition et par notre bus, faire savoir à tous les parents d’élèves que l’identité des enfants n’est pas un jeu. Et que leur genre n’est pas un choix. On ne devient pas femme : on nait femme. On ne devient pas homme : on nait homme. »

« De tels propos ont déjà été sanctionnés par la justice, avec la condamnation pour diffamation de Farida Belghoul« , répondent les associations LGBT.

Frigide Barjot est venue apporter son soutien

Lors de leur tournée qui a commencé aujourd’hui, les « anti » ont reçu la visite de Frigide Barjot, ancienne porte-parole de la Manif pour tous:

« Cette stratégie et ces propos montrent une nouvelle fois le projet de société délétère porté par CitizenGo et ses épigones: une société où toutes les outrances verbales sont permises et où les affirmations infondées devraient faire foi face à la réalité des faits, une société qui s’accommode et même défend les stéréotypes sexistes et LGBTphobes qui enferment et stigmatisent au mépris de l’épanouissement des uns, des unes et des autres, une société qui nie l’égalité des droits et le respect des individus. », dénonce la tribune sur le site de Libération. Les associations LGBT critiquent aussi « la frilosité des politiques en matière de lutte contre le sexisme et les LGBTphobies et la complaisance dont beaucoup ont fait preuve à l’égard de propos et d’attitudes clairement LGBTphobes les y ont encouragées. »

Pour les signataires il faut se mobiliser: « Face à la haine au visage tranquille, l’urgence est donc double : il faut défendre un projet de société égalitaire, ouverte, émancipatrice, dans lequel l’école, parce qu’elle est un lieu de socialisation autant que d’apprentissage, doit contribuer à lutter contre les rapports de domination sexistes, LGBTphobes, racistes qui oppriment et aliènent. »

Ci-dessous, une vidéo du bus dans Paris:

(Visited 1 437 times, 1 visits today)