john hurt gay roles
john hurt gay roles

Cinq personnages gays mémorables interprétés par John Hurt (vidéos)

This post is also available in: English

Pour le public des salles obscures, John Hurt, dont la mort à l’âge de 77 ans le 25 janvier dernier a été rendue publique aujourd’hui, a marqué le cinéma de sa présence par ses rôles dans Alien, Elephant Man, ou plus récemment Harry Potter.

Hétérosexuel, né en 1940 dans le nord de l’Angleterre, une carrière d’acteur qui commence en 1961, Hurt a aussi joué plusieurs rôles de gays depuis les années 70, au cinéma comme à la télévision. Même si tous les films ne sont pas d’égale qualité, la présence de John Hurt, de son physique inquiet et atypique, les rendent tous intéressants.

1975
Dans le téléfilm biographique The Naked Civil Servant, il interprète Quentin Crisp, un dandy étonnant et flamboyant. Selon le New York Times, c’est cette flamboyance qui a fait avancer l’acceptation de l’homosexualité en Grande Bretagne. John Hurt a reçu le prestigieux Bafta du meilleur acteur pour cette interprétation.

1982

Partners, de James Burrows, réunit Ryan O’Neal et John Hurt, tous deux policiers. L’un est gay, l’autre pas et ils doivent passer pour un couple pour enquêter dans la communauté gay. Certains critiques ont déploré sa vision caricaturale de l’homosexualité. Interrogé sur cette controverse, John Hurt avait répondu à propos des réactions de certains gays: « Ils ont dit qu’il n’aimaient pas le fait que je porte un survêtement couleur lilas dans le film. Ils me disaient que les homosexuels ne portent pas forcément ce genre de costume. Et la personne qui vous parle de ça porte un survêtement rose. Nous vivons dans un monde un peu fou. »

1993

Even Cowgirls Get The Blues de Gus Van Sant. Echec critique et public, ce film offre pourtant à John Hurt le rôle incroyable de La Comtesse, un homosexuel efféminé, magnat des produits d’hygiène féminine et qui possède un « beauty ranch », the Rubber Rose Ranch.

1997

Vie et mort à Long Island, de Richard Kwietniowski, a souvent été comparé à Mort à Venise. Ce film raconte l’histoire de Giles De’Ath (joué par John Hurt) qui n’aime rien de ce qui est moderne mais devient obsédé par un jeune acteur, Ronnie Bostoc (interprété par Jason Priestley).

 

2009
Dans An Englishman in New York, John Hurt reprend son rôle de Quentin Crisp pour la suite des aventures de ce dernier, au moment où l’écrivain britannique vit à New York et connaît un succès fou parmi les artistes et les célébrités. D’ailleurs, le titre du film est emprunté à une chanson de Sting sur Quentin Crisp. Le mimétisme entre l’acteur et le véritable Crisp est troublant.