Egypte
Egypte

Egypte: quatorze hommes condamnés à trois ans de prison pour homosexualité

This post is also available in: English Español Português ไทย 繁體中文

L’AFP, citée par le Monde, rapporte qu' »un tribunal du Caire, en Egypte, a condamné, hier 26 novembre, quatorze hommes supposés homosexuels à trois ans d’emprisonnement ». L’homosexualité n’est pas criminalisée en tant que telle en Egypte. Les hommes étaient poursuivis pour incitation à la débauche.  « Le tribunal a autorisé leur libération contre le paiement d’une caution de 5 000 livres égyptiennes (environ 230 euros) en attendant le procès en appel, a précisé l’avocat de la défense, Ishaq Wadie » , précise Le Monde. Trois autres hommes n’ont pu être jugés en raison de vices de procédure. Leur procès a été reporté.

Les autorités égyptiennes ont lancé une vague de répression visant les gays suite à un concert du groupe libanais Mashrou’ Leila — dont le chanteur, Hamed Sinno — est ouvertement gay. Depuis, plusieurs dizaines de personnes ont été arrêtés.

Plusieurs parlementaires ont ensuite déposé une proposition de loi pour criminaliser l’homosexualité. Les hommes et les femmes qui auraient des relations sexuelles avec une personne de même sexe risquent de un à trois ans de prison, cinq ans en cas de « récidive ».

Alerté sur cette situation par différentes associations de défense des droits humains, dont l’Inter-LGBT, le président français Emmanuel Macron a refusé de la condamner devant le président égyptien lors de la visite de ce dernier en France il y a quelques semaines.

Interrogé en conférence de presse commune avec le président égyptien, Emmanuel Macron a répondu: « De la même façon que je n’accepte qu’aucun autre dirigeant ne me donne des leçons sur la manière de gouverner mon pays, je n’en donne pas aux autres. » Il a tout juste concédé avoir affirmé à son homologue que « la lutte contre le terrorisme est plus forte quand on défend les droits humains et les libertés individuelles », mais affirme comprendre le « contexte » dans lequel le pays se trouve.

Emmanuel Macron n’avait pourtant pas hésité à aborder publiquement la répression visant les gays en Tchétchénie lors d’une conférence de presse commune avec le président Russe Vladimir Poutine. Mais le président égyptien était en France pour négocier des contrats d’armement avec la France. Il ne fallait donc pas trop le froisser.

Image via IStockphotos