Existrans 2015
Existrans 2015

Pourquoi l’Existrans refuse la participation de Flag à la marche du 21 octobre

Polémique autour de l’Existrans, qui aura lieu le 21 octobre prochain. Le collectif organisateur de la marche a refusé la participation de Flag, l’association des policiers et gendarmes LGBT. Il s’en est expliqué dans un communiqué:

« Par son refus de condamner explicitement les violences policières subies par les personnes trans, intersexes, et/ou travailleuses du sexe, et/ou racisées et/ou sans-papier, par son irrespect des minutes de silence et par son cautionnement des violences contre les personnes critiques, FLAG! a montré que ses valeurs étaient incompatibles avec celles de l’Existrans. »

« L’association n’était d’ailleurs pas co-signataire de la plateforme de revendications en 2016, alors même qu’elle avait trait à ces enjeux, dans un contexte toujours plus pressant. », ajoute le collectif.

Cette décision fait écho à celle prise par la Pride de Toronto. En juillet 2016, le collectif Black Lives Matter avait interrompu le défilé de la Pride en exigeant une meilleure représentativité des personnes noires et l’exclusion des associations de policiers du cortège. La Pride de Toronto a accédé à ces demandes. Lors de la marche des fiertés parisiennes de 2016, des militants s’en étaient également pris au char de Flag, estimant qu’ils n’avaient rien à faire dans une marche LGBT.

Pour l’instant, l’associations de policiers LGBT n’a pas réagi officiellement. Son président, Mickaël Bucheron, a juste jugé la décision « plus que regrettable ».

La décision de l’Existrans choque un policier FtM

La décision de l’Existrans qui a choqué Arnaud V., trans FtM, policier et habitué de la marche. Sur Facebook, il publie un statut assassin:

« Cette année nous n’irons pas à l’Existrans en famille. Arthur [son fils] y est pourtant déjà allé trois fois, la première fois, il avait deux mois et demi. Mais je suis FtM et je suis aussi policier. Je ne défilerai pas avec les gens qui se permettent de virer Flag et de distribuer des bons points de militantisme.  Notre vie de famille est en soi un acte militant. « 

La plupart des associations impliquées dans l’organisation de l’Existrans soutiennent cette décision. Mais une voix discordante s’est faite entendre, celle d’Acthé. Dans un communiqué, l’association de personnes trans explique que ses militant.e.s n’iront pas à la marche. Elle regrette l’exclusion de Flag, mais aussi l’attitude du collectif vis à vis des allié.e.s.

« Nous sommes fatigué-e-s des conflits incessants entre associations trans, nous sommes fatigué-e-s du virage « exclusionniste » qu’ont pris les associations et les personnes qui organisent l’Existrans, nous sommes fatigué-e-s que ces mêmes personnes crient d’une voix autoritariste aux allié-e-s de se taire et de se soumettre, au moindre désaccord. Être trans c’est effectivement être exposé-e à de nombreuses discriminations mais ce n’est pas une raison pour s’en servir comme d’un argument d’autorité pour faire taire tou-te-s ceux et celles qui ne sont pas d’accord avec soi. Nous regrettons la décision de l’Existrans vis-à-vis de l’association Flag ! qui, lors de nombreuses occasions, ont apporté leur aide sur des dossiers de discriminations trans, nous regrettons cette polémique sur le nouveau porte-parole d’Act-Up. »

L’association regrette également s’être entendue dire qu’ « Acthé n’a pas la légitimité pour parler en tant qu’association trans ».

L’Existrans défilera le 21 octobre à partir de 14h du métro Belleville à Paris. Le mot d’ordre cette année est: « Face aux oppressions d’Etat, sociales raciales et médicales: Intersexes et trans, contre vos violences! »