Un fabricant de sextoys forcé de payer des millions pour avoir collecté des  infos confidentielles

Un fabricant de sextoys forcé de payer des millions pour avoir collecté des infos confidentielles

Be first to like this.

This post is also available in: English

Standard Innovation, la société derrière la marque We-Vibe de sextoys vibrants, a accepté de débourser 3,75 millions de dollars. La raison? Des clientes ont découvert que leurs vibros collectaient et transmettaient secrètement des informations personnelles sensibles. Ces sextoys nouvelle génération envoient des infos sur la fréquence de leur utilisation, le choix des vibrations et la température vaginale.

Sextoys contrôlés par une appli

Les appareils We-Vibe Classic et Rave de Standard Innovation sont deux vibros vaginaux à ajustement parfait. Ils peuvent être contrôlés par une application smartphone Bluetooth. Ils ont transmis les données des utilisateurs à l’entreprise en vue d’améliorer le produit. Cependant, la compagnie l’a fait sans le consentement des usagers. Cela a amené deux utilisatrices à déposer une action en recours collectif.

La compagnie déclare qu’aucune information d’utilisateur n’a été révélée. Elle  a accepté de payer 10.000 dollars à chaque client.e énuméré.e dans le recours collectif et 199 dollars à tous ceux qui avait précédemment acheté les sex-toys. La société nie également toute allégation de faute et de responsabilité.

Traduction: Christophe Martet

Related Stories

Transmission des infos sur le statut sérologique: Aides appelle au boycott de Grindr
Hornet reste engagé pour la protection et la sécurité de ses données et de celles de ses utilisateurs
Une sex-party new yorkaise fait payer plus cher les passifs
Avec sa nouvelle version 4.0, Hornet devient la première appli pour les gays dans le monde
Quantcast