Aux Etats-Unis, les crimes de haine anti-LGBT sont en nette augmentation

This post is also available in: English Español Русский 繁體中文

La semaine dernière, une nouvelle étude a montré qu’aux Etats-Unis, en 2017 , il y a déjà eu plus d’homicides motivés par la haine anti-LGBT que durant toute l’année 2016.

Le rapport provient de la Coalition nationale des programmes de lutte contre la violence. Les données présentées montrent qu’en 2016, il y avait eu 28 homicides liés à la violence LGBTphobe. Cette année, il y a déjà eu 33 meurtres anti-LGBT à travers le pays. Les données de 2016 n’incluent cependant pas l’attaque terroriste au club gay d’Orlando, le Pulse, qui a vu la mort de 49 personnes.

« Les chiffres montrent qu’il y a eu pratiquement une mort liée à la violence LGBTphobe tous les 13 jours en 2016. En 2017, le rythme de ces décès est d’environ un tous les six jours », explique Buzzfeed. À ce rythme, ces meurtres de haine pourraient doubler cette année.

« Quinze de celles et de ceux qui ont été tué.e.s en 2017 étaient des femmes trans de couleur et au moins 12 étaient des hommes gays cisgenes », ajoute Buzzfeed. « Les rapports proviennent de tous les États-Unis, du Texas, de New York, du  Wisconsin ».

« Que ce soit une augmentation des plaintes, une augmentation de la violence ou une combinaison des deux, ce devrait être un signal d’alarme dans toutes nos communautés. La violence motivée par la haine ne disparaît pas, elle ne diminue certainement pas, et elle est symptomatique de problèmes plus importants et plus profonds de notre société que nous n’avons toujours pas abordés », a déclaré à BuzzFeed News, Beverly Tillery, directrice exécutive du New York City Anti-Violence Project.

Professeure adjointe en sociologie et en justice pénale de l’Université Old Dominion, Vanessa Panfill dit qu’il y a eu un retour de bâton contre les personnes LGBT.

« Ce retour de bâton a été encouragé en partie par l’administration Trump qui est revenue sur les orientations et les politiques de l’ère d’Obama qui étaient pro LGBT, comme le soutien aux droits des étudiant.e.s trans ou lorsque le Président Trump a annoncé l’interdiction  aux personnes trans de servir dans l’armée », dit-elle.

« En conséquence, dans tout le pays, les personnes trans comptent sur les tribunaux pour décider si elles peuvent avoir accès aux toilettes en fonction de leurs identités de genre – une décision que la Cour suprême a décidé de ne pas examiner en renvoyant un cas à un tribunal plus tôt cette année.  »

Samedi, l’état d’urgence a été déclaré à Charlottesville, en Virginie, après que les suprématistes blancs et des contre-manifestants se soient affrontés. Une femme a été tuée et des dizaines de personnes ont été blessées lorsqu’un militant d’extrême droite a foncé dans la foule des contre-manifestants.

Beaucoup de participants au rassemblement « Unite the Right » y ont assisté en montrant leurs visages, contrairement aux membres du Ku Klux Klan qui apparaissent toujours en cagoule.

Ils n’ont plus besoin de cacher leurs visages puisque Donald Trump a popularisé ce mouvement.

Traduction: Christophe Martet