homophobie décomplexée
homophobie décomplexée

Avec Dhuicq, Canteloup, Hanouna & Co, l’homophobie ‘décomplexée’ a de beaux jours devant elle

La semaine qui vient de s’écouler aura sans doute été pénible pour pas mal d’homos et leurs allié.e.s. Plusieurs personnalités publiques ont étalé sur l’homosexualité en général et sur les gays en particulier, des idées rances, violemment hostiles ou faussement compatissantes.
Commençons par Nicolas Dhuicq, député Les Républicains, qui semble obsédé par l’orientation sexuelle d’Emmanuel Macron et a confié à un magasine russe: «Concernant sa vie privée, ça commence à se savoir à l’heure où nous parlons. Macron est quelqu’un qu’on appelle le ‘chouchou’ ou le ‘chéri’ des médias français, qui sont détenus par un petit nombre de personnes, comme tout le monde le sait. D’ailleurs, l’un de ses soutiens est le célèbre homme d’affaires Pierre Bergé, un associé et amant de longue date d’Yves Saint-Laurent, qui est ouvertement homosexuel et défend le mariage pour tous. Il y a un très riche lobby gay qui le soutient. Cela veut tout dire.»

« Riche lobby gay »

Au micro de France 5, il a essayé d’expliquer que ces propos avaient été mal traduits par le magazine russe, avant de redire exactement la même chose: «Je n’ai jamais dit qu’il y avait un lobby gay. J’ai dit qu’il y avait un riche lobby qui se trouve être gay derrière Emmanuel Macron, en ciblant monsieur Bergé».
Cette expression de lobby gay, les pires réacs ne manquent pas de la ressortir à intervalles réguliers. Elle rappelle une autre époque, pas si lointaine, où l’on parlait de l’influence supposée des juifs dans la société. Nous savons où cela a mené l’Europe. Il y a bien sûr une loi sur les propos LGBTphobes, mais comme elle n’est pas ou mal appliquée, les politiques en mal de notoriété, sans parler d’intelligence, s’en prenne aux homos et aux trans.
Avec Nicolas Duicq, l’homophobie a de beaux jours devant elle.

« Amis gays, ne venez pas à Aulnay »

Deuxième personnage de cette triste semaine, Nicolas Canteloup. Le 8 février, l’imitateur d’Europe 1 a choisi de consacrer une partie de sa «Revue de Presque» au drame d’Aulnay sous Bois. Le 2 février, le jeune Théo a été violemment interpellé par la police et a été blessé à l’anus par la matraque d’un des policiers, mis en examen pour viol. Théo est à ce jour encore à l’hôpital. Imaginez la scène dans les bureaux, entre Canteloup et son équipe d’auteurs (oui, il n’est pas seul) qui préparent l’intervention de l’imitateur. « Tiens, dis l’un d’eux. J’ai une super idée pour parler de la visite de Hollande à Théo.» La suite… A l’antenne, à une heure de grande écoute (même si Europe n’est pas en très grande forme en ce moment), Canteloup prend la voix de Hollande pour s’adresser aux gays: «Je voulais leur dire ceci: ‘amis gays, ce n’est pas la peine non plus de chercher un deux-pièces sur Aulnay centre, la police ne recommencera plus. C’était un accident, pas une pratique courante sur Aulnay-sous-bois ». Ces mots ont bien été pensés puis écrits puis prononcés, en 2017, sur une des principales radios de France.
Malaise à la rédaction, nombreuses réactions indignées, nouvelles saisines du CSA, dans la journée, les condamnations pleuvent. Non seulement, Canteloup tient des propos homophobes, mais il légitime également cette culture du viol et ne dit rien de la violence policière. On peut rire de tout? Surtout quand c’est pour prendre comme cible des minorités.
Croyez-vous que le lendemain, Canteloup (la nuit porte conseil) va présenter ses excuses? Non. Il évoque très rapidement ce qu’il s’est passé la veille, disant que c’était « très très très très nul » et en expliquant qu’il était « désolé ». Fermez le ban.
Avec Canteloup l’homophobie a de beaux jours devant elle.

Mais Canteloup a des alliés de poids. Le soir-même de son intervention, la controverse suscitée par ses propos faisait l’objet d’une séquence dans Touche pas à mon poste. Cyril Hanouna et ses animateurs ont donné leur avis. Ce qui a le plus choqué Hanouna, c’est la réaction (que nous jurerons assez minimaliste) d’Europe 1. Il reproche à Thomas Sotto, le présentateur d’Europe 1, d’avoir «lâché» l’imitateur. Hanouna a été la cible d’une enquête très médiatisée de l’AJL pour son traitement dégradant de l’homosexualité.
Avec Hanouna, l’homophobie a de beaux jours devant elle.

« Bonsoir monsieur-dame, enfin Brigitte »

En septembre dernier, sur le plateau de Canal +, plusieurs animateur.trice.s ont ainsi accueilli Brigitte Boréale, nouvelle chroniqueuse trans du « Grand Journal »: « Nous, les mecs, quand on est stressés, une petite [masturbation], ça détend. Hein, Brigitte?». Ornella Fleury, la nouvelle « Miss Météo » de l’émission: « Bonsoir monsieur-dame, enfin Brigitte ».
Le CSA avait été saisi par de nombreux internautes choqué.e.s par ces propos transposes. Et bien, au début du mois, l’institution a considéré qu’il s’agissait d’humour. « Après examen des séquences litigieuses, le Conseil a estimé que les propos tenus, s’ils pouvaient légitimement choquer, s’inscrivaient dans le registre de l’humour garanti par la liberté d’expression. » Le CSA aurait-il pris la même décision si l’on s’en était pris à la couleur de peau, à la religion ou aux origines d’un.e animatrice? Posez la question, c’est déjà y répondre.

Avec des animateurs comme cela et une instance de régulation qui ne fait pas le job, la transphobie a de beaux jours devant elle.

Il y a quatre ans, les assauts répétés de la Manif contre tous avaient permis de libérer une parole homophobe, sexiste et anti égalité vaillante qui s’ajoute aujourd’hui à un racisme «décomplexé». Certain.e.s ont courbé l’échine en pensant qu’avec l’adoption du mariage pour tous, les choses allaient se calmer. C’est raté. Combien de temps encore allons-nous supporter cela?