Un avocat gay et sa compagne trans auraient été harcelés dans un restaurant bar parisien

This post is also available in: English

David Waggoner, un avocat de 42 ans, ouvertement gay et ancien coprésident du Harvey Milk Club, un club démocratique de San Francisco pour les droits LGBTQ, a accusé un établissement parisien de n’avoir rien fait contre le harcèlement contre lui et son amie trans.

Samedi 15 avril, David Wagoner était en compagnie de Aimar Sahae, une femme qui se définit comme trans queer, chez La Chope Des Puces, un restaurant et bar musical à Paris qui présente régulièrement des artistes musicaux, en particulier des guitaristes de jazz. Étant fans de jazz, Wagoner et Sahae se sont assis près du devant de la scène et prétendent que des clients ont commencé à les harceler après que David et Aimar ont échangé quelques baisers durant la soirée.

Waggoner a déclaré:

« Nous étions assez discrets. Une femme a commencé à demander à Aimar si elle était un homme ou une femme et lui a demandé pourquoi nous nous embrassions. Elle a ensuite tiré les cheveux d’Aimar pour voir si c’était réel: Aimar a les cheveux longs. L’homme qui était avec elle a commencé à bouger la tête avec dégoût contre nous. Il a ensuite frappé la chaise d’Aimar. »

Sahae dit que la femme l’appelait une prostituée et commença à la railler. Elle dit aussi qu’un homme a frappé sa chaise après avoir embrassé Wagoner. Quand un serveur a suggéré que Wagoner et Sahae changent de table, Wagoner a refusé de bouger et a commencé à hurler au serveur en expliquant que ce n’est pas elle et lui qui posaient problème. Wagoner a pris trois verres cette nuit-là, mais assure qu’il était en plein contrôle de lui-même et se souvient clairement des évènements.

Un employé du restaurant a déclaré à The Bay Area Reporter que Wagoner avait trop bu et a dit que toutes les personnes LGBT étaient les bienvenues dans l’établissement. Wagoner et Sahae sont sortis contrariés et Wagoner dit qu’il a commencé à pleurer. Tous deux se plaignent du fait que les personnes trans de couleur font face au harcèlement, à l’hostilité et à la maltraitance, même dans des villes apparemment larges d’esprit comme Paris.

En 2004, l’Assemblée nationale a adopté une loi pénalisant les propos homophobes. Mais à ce stade, on ne sait pas si Wagoner et Sahae vont poursuivre le restaurant.