hollandais PrEP VIH
hollandais PrEP VIH

Comment un gay hollandais est-il devenu le troisième utilisateur de la PrEP à contracter le VIH?

This post is also available in: English

Un Hollandais âgé de 50 ans est devenu la troisième personne dans le monde à avoir contracté le VIH. Et ce malgré la prise quotidienne de la prophylaxie pré-exposition (PrEP). Dans les deux premiers cas de contamination, les deux personnes touchées avaient été infectées par une souche de VIH multirésistante. Une souche qui était résistante au ténofovir et à l’emtricitabine, les deux molécules actives présentes dans Truvada. C’est le médicament utilisé pour la PrEP. Mais dans ce troisième cas, l’homme n’avait pas contracté cette souche résistante aux médicaments.

Alors, que s’est-il passé?

Selon poz.com, l’homme en question a conservé des notes incroyablement détaillées de sa vie sexuelle sur son téléphone. Au cours de ses huit mois sur la PrEP, l’homme a eu 200 épisodes de sexe anal sans préservatif avec environ 152 partenaires.

Les médecins ont une théorie sur la façon dont il aurait pu contracter le VIH alors qu’il était sous PrEP:

« [les médecins] ont estimé qu’il est possible que l’homme a été exposé à de nombreuses reprises au VIH, qui, maintenu relativement en échec par Truvada, est resté localisé dans son rectum pendant un certain temps sans se répandre dans tout le corps. Peut-être qu’une baisse de la concentration de Truvada dans le rectum a pu se produire chez cet homme. Mais sans une baisse correspondante de concentration dans le sang, ce qui a permis au VIH de se multiplier et d’infecter tout le corps. »

L’homme a également participé à du chemsex, en utilisant des drogues telles que «le crystal meth, la cocaïne, le GHB, la méphédrone et la kétamine» et avait parfois cinq partenaires sexuels ou plus par jour.

Et maintenant?

La prise de Truvada a été stoppée chez cet homme. Dans la crainte qu’il ne développe une résistance à ses molécules. Il a ensuite reçu un traitement antirétroviral combiné. À ce jour, il est séropositif avec une charge virale indétectable.

Les chercheurs estiment que, pris tous les jours, le traitement préventif réduit de 99% la transmission du VIH. Cet homme fait peut être partie de ces 1%.

Malgré ce cas individuel, des dizaines de milliers de personnes dans le monde prennent actuellement la PrEP. Elles continuent de bénéficier du taux d’efficacité élevé du médicament.

(Image composite réalisée via poandpo.com et prepnav.org)