pension homosexuels victimes
pension homosexuels victimes

Les libéraux de Hambourg réclament une pension pour les homosexuels victimes du Paragraphe 175

Le parti démocrate allemand de Hambourg (FDP, libéraux) réclame qu’une pension soit mise en place pour indemniser les hommes  homosexuels victimes du funeste Paragraphe 175. Elle se fait l’écho d’une demande de l’associations des gays et lesbiennes libéraux (LiSL).

Le ministre fédéral de la Justice, Heiko Maas (SPD, socialistes), a déjà mis en place une forme de réhabilitation des hommes en prévoyant que les condamnés encore en vie reçoivent une indemnité de 3000 euros par condamnation et de 1500 euros par année de privation de liberté, comme l’explique Queer.de

Les libéraux demandent que l’intéressé bénéficie donc d’une pension basée sur le modèle des victimes du SED, le parti socialiste unifié est-allemand du temps de la guerre froide. Cela permettrait aux plus pauvres de voir leur situation s’améliorer. La demande des libéraux stipule également que les périodes de détention des hommes condamnés durant lesquelles ils ne versent pas de cotisation, seront prises en compte.

Pour Jens Meyer, membre du FDP à Hambourg, l’offre prévue par le gouvernement est « trop faible ».
Au niveau fédéral, rappelle Queer.de, le FDP s’est toujours opposé à la réhabilitation des victimes homosexuelles du paragraphe 175 au Bundestag.

Le paragraph 175 est resté en vigueur en Allemagne de 1871 à 1994 et faisait de l’homosexualité masculine entre adultes consentants un crime. Il a été appliqué avec plus ou moins de vigueur, mais considérablement renforcé durant la période nazie. On estime que 140 000 hommes ont été condamnés et parfois emprisonnés, dont 100 000 après la Seconde Guerre mondiale rien qu’en Allemagne de l’Ouest.