En Indonésie, 141 hommes sont arrêtés dans un sauna gay de la capitale

This post is also available in: English Español Português ไทย

Dimanche 21 mai, la police indonésienne a fait une descente dans le sauna et salle de gym Atlantis Jakarta, un établissement fréquenté par des centaines de gays chaque jour et a arrêté 141 hommes. Un porte-parole de la police a accusé les hommes de violer les lois indonésiennes contre la pornographie et de tenir un lieu de prostitution gay. Une association locale de défense des droits LGBTQ affirme que la police a violé les droits de ces hommes en publiant sur les réseaux sociaux des photos nus de ces homme ainsi que d’autres informations.

Une association de plaidoyer (Advocacy Coalition for Violence Against Gender and Sexual Minority Groups) affirme que la police a arrêté les hommes, confisqué leurs biens, les interrogé et les a obligé à se déshabiller pour des photographies qui ont ensuite été diffusées sur internet avec d’autres informations privées sur les personnes arrêtées.

Dans une déclaration, cette association a déclaré à propos des hommes arrêtés: «Ils ont été traités illégalement par la police locale qui les a photographiés nus, puis a diffusé ces photos de façon virale, que ce soit par des messages, via les réseaux sociaux ou les médias d’informations. Agir comme cela est illégal et inhumain.  »

Selon Reuters, « ces arrestations font suite à une descente de police similaire plus tôt ce mois-ci, dans la deuxième plus grande ville indonésienne, Surabaya, où des fonctionnaires ont publié les résultats des tests de dépistage du VIH de plusieurs hommes soupçonnés d’être gays ».

Ce nouvel épisode de répression homophobe intervient après la peine de flagellation prononcée contre deux deux hommes qui avaient été filmés à leur insu par des voisins. Le groupe des droits de l’homme Amnesty International a demandé au gouvernement de ne pas infliger la flagellation à ces hommes, qualifiant cette pratique de torture.

L’Indonésie est en train de réprimer les citoyens LGBTQ. Bien que la nation ne criminalise pas les rapports entre personnes du même sexe, il est devenu de plus en plus homophobe récemment.

Environ 93% de la population s’oppose à l’homosexualité, l’association nationale de psychiatre considère l’identité de LGBTQ comme un trouble mental et les dirigeants du pays ont commencé à adopter des lois interdisant aux entreprises d’embaucher des personnes LGBTQ et de les contraindre à une «thérapie de conversion» pour devenir hétérosexuelles.

Traduction: Christophe Martet

(Photo par manjik via iStock Photography)