Instagram a supprimé les photos sexy de cet athlète, l’occasion de reparler du sexisme de ses conditions d’utilisation

This post is also available in: English Español Português ไทย 繁體中文

Miles Kennelly, un étudiant d’Harvard en économie qui vit à New York affirme qu’Instagram a supprimé deux de ses photos parce qu’elles étaient « trop sexuelles ». Les photos, où on peut le voir en maillot de bain, ont ravivé le débat sur les conditions d’utilisation de l’application selon les personnes et les genres.

Kennelly a ensuite posté les même photos sur Twitter et s’est demandé si Instagram aurait supprimé les photos d’une femme avec une « forte poitrine ».

L’une des photos, ci-dessous a été restaurée sur Instagram. Mais une deuxième demeure supprimée.

Voici ce que disent les conditions d’utilisation d’Instagram sur la nudité :

Nous savons que parfois les gens veulent partager des photos de nu artistiques ou créatives, mais pour une variété de raisons, nous n’autorisons pas la nudité sur Instagram. Cela inclus les photos, les vidéos et du contenu créé digitalement qui montre une pénétration, des parties génitales et des gros plans de fesses nues. Cela inclus aussi des photos de seins nus, mais les photos de cicatrices post-mastéctomie et des femmes qui nourrissent un bébé sont autorisées. La nudité dans les peintures et les sculptures sont aussi acceptées.

Quand les corps sont interdits d’Instagram

Alors qu’Instagram a banni des hashtags faisant référence à la sexualité masculine comme #bigdickboy et #eggplant, un hashtag comme #titties a aussi été totalement interdit et des mots comme #curvy ont été partiellement interdits selon le moment ou les régions du monde. Leur politique d’interdiction des hashtags a été critiquée comme incohérente et inefficace (les hashtags #boobs et #hung peuvent toujours être recherchés, par exemple)

Les conditions d’utilisation d’Instagram touchent en général plus les femmes que les hommes. De nombreuses femmes ont vu leurs photos supprimées parce qu’on y voyait du sang menstruel, des poils pubiens, des cicatrices de mastectomie ou des  femmes en sous-vêtements.

En fait, Instagram n’autorise pas les images de poitrines féminines, mais autorise les poitrines masculines. En signe de protestation le compte Genderless Nipples a commencé à poster des images de tétons pour voir si Instagram les interdirait, quel que soit le genre.

Dans le Teen Vogue, Lily Herman a écrit:

Quand des réseaux sociaux populaires comme Instagram ou Facebook font clairement comprendre que les corps des hommes sont autorisés sur leur sites mais que celui des femmes ne l’est pas, cela envoie le message que les corps des femmes (et toutes les caractéristiques plus « féminines ») sont quelque chose qui doit être censuré et dont on doit avoir honte.

Il y a quelques mois, l’acrobate gay du Cirque du Soleil Jo Putignano a critiqué Instagram parce que le réseau permet les homophobes de signaler du contenu LGBT comme inapproprié, ce qui a entraîné la suppression de son compte (et celui d’autres personnes) alors qu’à aucun moment les conditions d’utilisations n’avaient été violées.