La famille de James Baldwin ne veut pas que vous lisiez sa correspondance amoureuse… avant 2037

This post is also available in: English

Si vous voulez lire les pensées de James Baldwin sur la race et l’homosexualité, il vous suffit de consulter les nombreux essais rédigés par cet écrivaine et activiste noir et gay ou son roman gay déchirant La Chambre de Giovanni. Mais si vous voulez lire ses lettres d’amour à Lucien Happersberger, le peintre suisse bisexuel qu’il a appelé autrefois «la véritable histoire d’amour de ma vie», vous n’avez pas de chance parce que la famille de Baldwin les garde sous clef pour les 20 prochaines années.

Les hértiers de Baldwin ont toujours été possessifs sur la correspondance passée de l’auteur mort en décembre 1987. Ils ne laissent que quelques chercheurs les consulter et même dans ce cas, ils n’ont jamais permis à quiconque de publier des citations directes. En dépit de cela, le domaine a récemment légué une partie des archives de Baldwin au Centre Schomburg pour la recherche en culture noire, une division de la Public Library de New York basée à Harlem, à proximité du lieu où Baldwin a grandi.

James Baldwin love letters 01

(de gauche à droite) James Baldwin, Beauford Delaney, and Lucien Happersberger

Ce fonds comprend «une multitude de manuscrits, d’ébauches et de notes» auxquels les chercheurs peuvent accéder immédiatement, y compris des lettres de la dramaturge lesbienne de A Raisin in The Sun de Lorraine Hansberry, de la chanteuse et militante des droits civiques Nina Simone et de Jacqueline Kennedy Onassis. Mais les lettres de Baldwin avec « quatre de ses intimes les plus proches » (y compris Happersberger) resteront inaccessibles pendant deux décennies encore.

Le New York Times dit que c’est «un signal qui montre que les membres de la famille ne sont pas toujours à l’aise avec les projecteurs qui tombent sur un être cher, même des décennies après la mort». Mais le professeur et poète Ed Pavlic, de l’Université de Géorgie, a déclaré que, loin d’endommager la réputation de Baldwin, les lettres le rendraient encore plus brillant en aidant à donner une vision plus claire de la vie privée qui a produit tant d’œuvres révolutionnaires.

Même si nous ne pouvons pas voir les lettres d’amour tout de suite, le fonds contient également beaucoup d’autres pépites, y compris la poésie adolescente de Baldwin, une pièce improvisée basée sur La Chambre de Giovanni et des notes inédites que Baldwin a écrit sur le peintre gay-afro-américain Beauford Delaney. Un homme qu’il avait décrit comme son «père spirituel».

Traduction: Christophe Martet
NdT: Arte diffuse ce mardi soir à 20h50 un documentaire choc, « Je ne suis pas votre nègre », du réalisateur haïtien Raoul Peck, sur la vie et l’œuvre de James Baldwin.