Est-on sûr que Jésus était un homme? Des chercheuses posent réellement la question

This post is also available in: English

Si le Suaire de Turin a la réputation d’être l’authentique linceul funéraire de Jésus, alors « le fils de Dieu » était définitivement un «fils». Une enquête publiée récemment sur le linceul a en effet identifié le scrotum et le pouce droit de l’homme dont le contour apparaît sur la pièce de tissu.

Mais certains savants pensent que le Saint-Suaire de Turin est en fait une contrefaçon créée au Moyen Âge. Poser la question de savoir si Jésus était un homme ou une femme – ou entre les deux – semble très probablement incongrue. Si l’on en croit (presque) tout l’art occidental et les médias, bien sûr, c’était un homme. Mais croyez-le ou non, comme le souligne un article récent du Daily Beast, certains chercheurs remettent en question l’idée qu’on peut être certain du genre de Jésus.

Comme l’indique ce nouvel article de Candida Moss, la raison pour laquelle il est impératif de penser au genre de Jésus a à voir avec l’église. En tant qu’institution millénaire, l’église a justifié sa domination masculine par le genre de Jésus lui-même. S’il n’était pas vraiment un homme, la justification des prêtrises uniquement masculines pour les catholiques romains et les orthodoxes serait gravement compromise.

Si l’art occidental et les films de Mel Gibson sont crédibles, Jésus avait la peau et les yeux de couleur claire – quelque chose qui scientifiquement n’a pas de sens. Comme l’affirme Candida Moss, «les preuves archéologiques et le bon sens maintiennent qu’il avait des traits beaucoup plus sombres». Alors, comment pouvons-nous être sûrs de son sexe? Pour être franc, comment pouvons-nous être certains que Jésus avait un pénis?

La notion de divinités intersexuées n’est guère nouvelle. De nombreuses religions et philosophies du monde – des Grecs aux hindous – ont mis en vedette des dieux et des déesses qui ne sont ni spécifiquement mâles ni spécifiquement féminines. Selon la Kabbale, – une secte de la mystique juive – Adam n’était pas « un homme » mais était à la fois mâle et femelle, possédant les deux organes sexuels, et divisé verticalement. Et si Adam a été créé à l’image de Dieu, cela signifie-t-il que Dieu lui-même était aussi un hermaphrodite?

La Dr Susannah Cornwall, professeur à l’Université d’Exeter, est l’une des chercheuses qui posent la question du genre de Jésus. Malgré la façon dont Jésus est dépeint dans les Evangiles – en tant qu’homme – elle a écrit un article prétendant que le genre de Jésus est sujet à caution. « Il n’est pas possible d’affirmer avec certitude que Jésus était un homme comme nous définissons aujourd’hui la masculinité », dit-elle. Son article a été écrit alors que l’Église d’Angleterre débattait de l’autorisation des femmes évêques.

« Nous n’avons pas de corps à examiner et à analyser », dit Susannah Cornwall. En outre, il n’avait pas de famille terrestre – pas de mari, pas de femme, pas d’enfants. « Il n’y a aucun moyen de savoir avec certitude que Jésus n’avait pas l’une des conditions de l’intersexuation qui lui donneraient un corps qui apparaissait extérieurement comme étant un homme ordinaire, mais qui pouvait néanmoins avoir des traits physiques féminins « cachés ». »

Moss souligne qu’il y a des représentations féminisées de Jésus, comme dans Le Sauveur de Quirizio de Murano, dans lequel Jésus est présenté en mère allaitante.

En tant qu’enfant circoncis, le prépuce de Jésus serait la preuve de sa masculinité, mais il n’existe pas, en dépit du fait que les reliques de prépuce étaient réellement «valorisées».

Les arguments avancés par Cornwall ont évidemment été accueillis négativement par la communauté religieuse et certains de ses collègues. Mais comme le souligne Candida Moss, l’article de Cornwall ne peut pas être traité avec mépris. « Susannah Cornwall est une érudite reconnue et l’une des leaders mondiaux de la théologie de l’intersexe», dit Moss. « Ses observations révèlent beaucoup de choses sur nos propres hypothèses.

« Une chose est certaine: la notion de genre de Jésus est quelque chose d’intéressant à examiner.

Traduction: Christophe Martet