La Belle et la Bête
La Belle et la Bête

Pour la première fois, dans « La Belle et la Bête », les studios Disney osent un « moment gay »

This post is also available in: English

Le classique dessin animé de Disney, La Belle et la bête devient un film (avec Emma Watson et Dan Stevens), et il semble que les choses sont sur le point de devenir un peu plus gay.

Ca saute aux yeux que le serviteur de Gaston, LeFou, est épris de son maître bien foutu. Le réalisateur explique que non seulement cette attraction sera honnêtement dépeinte dans le remake mais qu’elle pourrait déboucher sur quelque chose à la fin du film.

Le réalisateur Bill Condon a confié à Attitude:

« LeFou est quelqu’un qui, un jour, veut être Gaston et un autre jour veut embrasser Gaston. Il est confus sur ce qu’il veut. C’est quelqu’un qui se rend compte qu’il a ces sentiments. Et Josh en fait quelque chose de vraiment subtil et délicieux. Et c’est ce qui va payer à la fin, mais que je ne veux pas dévoiler. Mais c’est un moment agréable, exclusivement gay dans un film de Disney. « 

L’analyse du rédacteur en chef d’Attitude:

« Cela a pris du temps, mais c’est un moment décisif pour Disney. En représentant l’attirance pour le même sexe dans cette scène courte mais explicitement gay, le studio envoie un message que c’est normal et naturel – et c’est un message qui sera entendu dans tous les pays du monde, même les pays où il est encore socialement inacceptable ou même illégal d’être gay. »

Nous sommes tellement excités que Disney ajoute ces récits et ses protagonistes gays. Récemment, Disney Channel a montré un baiser gay dans un épisode de leur série animée Star vs. The Forces of Evil.

Qu’il s’agisse de dessins animés ou de films, les personnes LGBT doivent avoir plus de visibilité. Ces deux moments sont certainement des pas dans la bonne direction. Nous sommes impatients de découvrir La Belle et la bête le 17 mars*.

Pour l’instant, regardez LeFou en baver devant son maître Gaston dans cet extrait de La Belle et la Bête:

*Sortie en France le 22 mars.

Traduction: Christophe Martet