Les associations LGBT allemandes très critiques sur le projet de faire des pays du Maghreb des pays sûrs

Bien qu’en Algérie, au Maroc et en Tunisie, les homosexuels risquent la prison, le projet du gouvernement allemand d’en faire des pays sûrs, a reçu un soutien de poids en la personne de Winfried Kretschmann, Premier ministre du Bade-Wurttenberg, pourtant membre des Verts. C’est ce que rapporte le site d’infos LGBT queer.de
Ajouter ces pays dans la liste des pays sûrs doit permettre, selon le gouvernement, de faciliter l’expulsion d’Allemagne de ressortissants de ces pays reconnus coupables de crimes. Mais les associations LGBT s’opposent à cette classification. Elles accusent le gouvernement fédéral de « justifier la persécution des homosexuels dans le Maghreb. » De son côté, le gouvernement fédéral a expliqué que la persécution des gays et des lesbiennes n’était pas systématique, tant que « l’homosexualité n’était pas vécue ouvertement ».

Winfried Kretschmann s’était par le passé opposé à cette classification mais il a expliqué son revirement par « l’énergie criminelle » qui émanent de ces hommes, qui doit être combattue par tous les moyens.

Le député gay Volker Beck (photo ci-dessus) a protesté contre les propos de Kretschmann. « Il y a de nombreuses raisons qui font que les pays du Maghreb ne sont pas sûrs », a-t-il déclaré, expliquant que « la peine de mort n’a pas été abolie, les organisations des droits de l’homme dénoncent la torture et les mauvais traitements par la police, les rapports sexuels entre adultes consentants sont pénalisés. »

 

(Visited 67 times, 1 visits today)