Emmanuel Macron
Emmanuel Macron

Droits humains: Macron en a parlé à Poutine, il ne veut pas « faire la leçon » au président Egyptien

This post is also available in: English

Deux dirigeants, deux ambiances. Alors qu’Emmanuel Macron avait affiché sa détermination sur la questions de la repression homophobe en Tchétchénie face au Président Russe, il s’est montré bien plus prudent avec son homologue Egyptien, le général Al-Sissi, actuellement en visite en France.

Des associations comme Reporters sans frontières, Amnesty International, Human Rights Watch ou l’Inter-LGBT avaient pourtant demandé au président Français d’aborder la question des droits humains en Egypte. Depuis son arrivée au pouvoir, le général mène une répression contre les défenseurs des libertés, la gauche ou les gays, particulièrement visés après le concert du groupe Mashrou’ Leila il y a quelques semaines. Depuis, une soixantaine de gays auraient été arrêtés.

Ci-dessous, une vidéo d’Amnesty International

Interrogé en conférence de presse commune avec le président égyptien, Emmanuel Macron a répondu: « De la même façon que je n’accepte qu’aucun autre dirigeant ne me donne des leçons sur la manière de gouverner mon pays, je n’en donne pas aux autres. » Il a tout juste concédé avoir affirmé à son homologue que « la lutte contre le terrorisme est plus forte quand on défend les droits humains et les libertés individuelles », mais affirme comprendre le « contexte » dans lequel le pays se trouve.

Le président égyptien s’est lui contenté de nier le recours à la torture, que lui reproche les ONG et a mis en avant l’instabilité du pays.

Face à Vladimir Poutine, une toute autre approche

La réponse d’Emmanuel Macron est à comparer avec celle qu’il faisait à Vladimir Poutine en mai dernier.

Voici ce que le président Française déclarait alors en conférence de presse:

« J’ai rappelé au président Poutine l’importance de plusieurs sujets qui touchent particulièrement à la fois nos valeurs et nos opinions publiques et j’ai à cette occasion rappelé l’importance pour la France du respect de toutes les personnes, de toutes les minorités et de toutes les sensibilités dans la société civile. Nous avons évoqué le cas des personnes LGBT en Tchétchénie mais également le cas des ONG en Russie. Sur ces sujets, j’ai donc très précisément indiqué au président Poutine les attentes de la France et nous sommes convenus d’avoir un suivi extrêmement régulier ensemble. Le président Poutine m’a d’ailleurs indiqué avoir pris plusieurs initiatives sur le sujet des personnes LGBT en Tchétchénie, avec des mesures visant à faire la vérité complète sur les activités des autorités locales et régler les sujets les plus sensibles. Je serai pour ma part en tout cas constamment vigilant sur ces points qui correspondent à nos valeurs. »

Le président égyptien est notamment en France pour discuter contrats d’armements. Ceci explique peut-être cela.

Photo via Wikipedia