emmanuel macron tchétchénie
emmanuel macron tchétchénie

Emmanuel Macron doit s’engager pour que cesse la répression homophobe en Tchétchénie

Investi dimanche, Emmanuel Macron est le huitième Président de la République française. Lors de la cérémonie à l’Arc de Triomphe, il a notamment salué Denis Erhart (photo ci-dessous), président de l’association LGBT Les Oublié.e.s de la mémoire, qui œuvre à la reconnaissance de la déportation pour motif d’homosexualité.

 

Durant sa campagne, le candidat d’En Marche a semblé souffler le chaud et le froid sur les questions LGBT. Mais dans les dernières semaines, Macron a précisé quelle serait sa politique sur ces questions s’il était élu en affirmant que la lutte contre les LGBTphobies et pour l’éducation et la justice feraient partie de ses priorités.

Cette semaine, nous célébrons la Journée internationale contre l’homophobie, la lesbophobie, la transphobie, la biphobie et l’intersexephobie (IDABLHOTI). Si dans le monde, une vingtaine de pays ont légalisé le mariage des couples de même sexe, 74 États pénalisent les personnes LGBTI par de la prison, de la torture, la peine de mort ou des travaux forcés.

Début avril, un reportage du journal russe Novaya Gazetta décrivait la répression féroce qui s’était abattue sur les gays et les bis dans la République tchétchène. Plusieurs ONG de défense des droits humains ont depuis corroboré ces informations et des victimes qui ont réussi à fuir la Tchétchénie ont évoqué les arrestations, la torture, les électrochocs.

Depuis, plusieurs chefs de gouvernements se sont exprimés. Angela Merkel a profité de sa visite à Vladimir Poutine pour lui demander « d’user de son influence pour garantir les droits des minorités », la chancelière citant “les informations négatives sur le traitement des homosexuels, particulièrement en Tchétchénie ». La Première ministre britannique, Theresa May, s’est aussi exprimée, qualifiant la répression homophobe d' »odieuse ».

La France, qui se targue d’être le pays des droits humains, n’a pas réagi à ce niveau. L’ancien ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, s’est joint à quatre autres ministres européens pour exprimer auprès de leur homologue russe Sergueï Lavrov.

Emmanuel Macron, qui veut incarner le renouveau de la vie politique, serait bien avisé de commencer son quinquennat avec une position très ferme contre l’homophobie dans le monde. Des centaines de millions de personnes vivent sous la menace de la répression et ne peuvent pas aimer et vivre comme bon leur semble. Cela mérite une parole et des actions fortes. Alors, au travail, Monsieur le Président!

(image via Présidence de la République)