macron sarkozy homosexualité
macron sarkozy homosexualité

Emmanuel Macron aurait demandé à Nicolas Sarkozy de faire cesser les rumeurs sur sa prétendue homosexualité

Tous les news magazines français consacrent leur une de cette semaine à l’élection à la présidence de la République d’Emmanuel Macron. Qui est-il? Quels sont ses réseaux? Quel est son programme? Tous les angles journalistiques sont convoqués.

Dans L’Express, qui titre « Le Kid », le dossier Macron fait près de 70 pages. Il s’ouvre sur un article intitulé « Au fait, qui est-il vraiment? » et sur une anecdote concernant Nicolas Sarkozy. L’Express relate une scène qui se serait passée le 7 juillet 2016 entre les deux hommes, Macron et Sarkozy. Ce jour-là, ils font partie des politiques qui assistent à l’hommage à Michel Rocard, décédé trois jours plus tôt.

L’échange entre les deux hommes n’est pas celui durant lequel on échange des banalités.

L’Express raconte: « C’est une mise en garde, un geste calculé et audacieux, l’apostrophe d’un ambitieux à un roué. » Selon le magazine, Macron aurait dit à Sarkozy qu’il savait que dans l’entourage de l’ex-président, un proche répandait des rumeurs sur sa vie privée– en l’occurence sa prétendue homosexualité. Selon L’Express, Nicolas Sarkozy nie mais Emmanuel Macron a en tout cas dit les choses clairement.

Il faut revenir quelques mois en arrière pour mieux comprendre cet échange musclé. Dans Le Point, Nicolas Sarkozy disait d’Emmanuel Macron: « Un peu homme, un peu femme, c’est la mode du moment. Androgyne. »

En novembre 2016, dans Le Monde, les journalistes Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin affirmaient que la rumeur était distillée par la droite et en particulier par le banquier d’affaires ouvertement gay Philippe Villin. Un très proche de Sarkozy qui n’aime pas, mais alors pas du tout Macron. La preuve? Une tribune au vitriol parue dans Le Figaro en avril 2016, alors que Macron venait de lancer son mouvement En Marche! Philippe Villin n’hésite pas à écrire: « Pour moi, Macron est un imposteur qui ne vend que du vent. Il fait en sorte de plaire à tout le monde par un positionnement attrape-tout. Et c’est dangereux pour notre démocratie. » Le banquier ne craint pas d’ajouter: « Les médias […] acceptent, béatement, la mise en scène d’une vie privée. »

Ces rumeurs sur son orientation sexuelle ont pollué une bonne partie de la campagne d’Emmanuel Macron.

En février, il avait choisi l’humour pour démentir la rumeur qui lui prêtait une liaison avec Mathieu Gallet, président de Radio France. «J’entends dire que je suis duplice que j’ai une vie cachée ou autre chose. C’est désagréable pour Brigitte [Macron], et comme je partage mes jours et mes nuits avec elle, elle se demande comment je fais.»

Quelques jours plus tard, il déclarait dans le magazine Têtu: « Si j’avais été homosexuel, je le dirais et je le vivrais ».

LIRE AUSSI | Emmanuel Macron sera-t-il un président gay-friendly ?