Un contre manifestant homophobe arrêté lors de la commémoration à Orlando

This post is also available in: English

Au cours de la cérémonie en hommage aux victimes du massacre homophobe dans la discothèque Pulse d’Orlando, survenu il y a un an, le 12 juin 2016, un agent de police a dû menotter un manifestant homophobe.

NewNowNext a d’abord publié ceci: «Le suspect non identifié était l’un des trois manifestants qui tenaient des posters avec des messages homophobes comme ‘Sin = Death’ (‘Péché=Mort’) et ‘Warning: All homos will burn like faggots in hell » (Tous les homos brûleront comme des fagots en enfer ». En anglais, le mot faggot est aussi une insulte pour désigner les gays.

Les stations de télévision locales ont montré des policiers qui parlaient lundi aux manifestants avec les signes anti-homosexuels. Les hommes ont soutenu qu’ils avaient le droit d’être là. Ensuite, on peut voir un officier tendant la main pour empêcher l’un des hommes d’avancer alors que l’homme repousse sa main. Quelques instants plus tard, l’officier repousse l’homme et l’homme tombe. Il est menotté alors que la foule chante « l’amour conquiert la haine ».

 

 

Sur le post de NewNowNext, les commentateurs ont demandé si oui ou non il était légal d’arrêter des manifestants.

« Le crime potentiel n’est pas égal au crime, point », écrit John Calvosa. « À moins d’avoir une bombe, un couteau, visible, quelque chose qui pourrait causer des dégâts et n’était pas légalement autorisé à ce moment-là. Et tout ce qu’ils avaient était un signe et [les policiers] n’avaient pas légalement le droit de les arrêter ».

Ronald Malcolm Rickard écrit: «C’est probablement beaucoup plus simple que vous ne le pensez. Dans toutes les grandes villes, on a besoin d’un permis de protestation, de sorte que les flics savent ce qui se passe et peuvent maintenir l’ordre. En règle générale, les contre manifestants ne pensent pas à des choses comme ça. Si on lui a demandé une copie du permis et qu’il ne l’avait pas, alors il peut être arrêté. C’est la même tactique qui est utilisée pour les dingues de la Westboro Baptist Church [une église homophobe] soient arrêtées tout le temps.

Sur la scène, le maire d’Orlando, Buddy Dyer, a déclaré: « Nous ne sommes pas là pour revivre l’horreur de ce jour-là ».

On ne sait pas si l’homme a été placé en détention ou accusé.

LIRE AUSSI | Philippe Corbé: “Orlando a été un attentat contre les homosexuels, en particulier latinos et contre l’Amérique et les valeurs qu’elle porte