Le plus vieux sauna gay de Chicago ferme ses portes, et un pan de l’Histoire gay avec lui

This post is also available in: English

Le plus vieux sauna gay de Chicago, Man’s Country, a fermé ses portes au Nouvel An après avoir servi comme un endroit où les hommes gais ont pu se rencontrer pendant 44 ans. Le Chicago Tribune a eu l’opportunité de faire une visite avec le propriétaire Ron Ehemann. Monsieur Ehemann était le partenaire d’affaire de Chuck Renslow qui a ouvert le Man’s Country en 1973.

Heureusement pour nous, le Tribune a filmé leur visite et cela nous permet d’avoir un aperçu de l’histoire Queer et de faire une réflexion sur une période ou les saunas servaient de lieu de rencontre pour les hommes gais et leur permettaient d’être autour de gens comme eux.

Nous avons transcrit l’entrevue complète avec monsieur Ehemann ici :
Du point de vue de la communauté gay, Man’s Country représentait quand il a ouvert un endroit où vous pouviez aller et être libre. C’était un endroit où vous pouviez aller pour trouver quelqu’un pour baiser dans un monde pré-applis, aujourd’hui, vous pouvez le faire de votre téléphone, mais à l’époque, vous deviez aller quelque part et rencontrer quelqu’un. C’était un endroit où vous pouviez rencontrer quelqu’un qui voulait faire les choses que vous vouliez faire.

Dans l’esprit de Chuck Renslow le lieu était comme un country club. Vous pouviez venir pour un jour ou deux. Il y avait beaucoup d’autres choses à faire en plus du sexe. Nous avions des vérandas et un petit snack. Il y avait aussi un petit magasin. Le lieu était animé, on pouvait y danser. 

 

Dans les premiers jours du Man’s Country original, dans les années 70 et 80, nous avions de l’animation quatre soirs par semaine dans cette pièce. Ce lieu servait d’after, si vous aviez été dans l’un des bars gais de la ville vous étiez susceptible de vous retrouver ici après la fermeture. Nous avions, je pense, le meilleur sound-system de la ville, des Djs, de l’éclairage, nous étions le bar qui n’était pas un bar alors vous pouviez rester 24 heures sur 24 si vous le vouliez.

En 1987, suite à la baisse de fréquentation due au sida, cette pièce a été transformée en Bistro 2 qui était un bar dansant. Entre 1987 et 1003, un millier de personnes venaient les vendredis et samedi soir. Nous avions des spectacles de Divine, Boy George, Village People et toutes les divas du dico comme Thelma Houston et Pamela Stanley. Le Bistro 2 a fermé en 1993 et nous avons rouvert le Man’s Country. Nous avons commencé avec des danseurs nus et des acteurs pornos. Ce qui était unique c’est que vous assistiez à un spectacle et que vous étiez toujours dans un sauna où les danseurs se mettaient nu, nous avons fait cela probablement jusqu’à il y a 4 ans.

LIRE AUSSI | Dix leçons apprises en travaillant dans un sauna gay

Même avant le sida nous faisions du dépistage d’IST ici ce qui allait devenir le centre Howard Brown a vraiment commencé ici. En fait, Chuck s’est assuré d’utiliser des unités mobiles pour que nous puissions amener les tests au bar. 

Quand le sida est arrivé et que les autorités publiques dans d’autres parties du pays fermait les saunas ou retirait les portes des chambres, notre réaction a été de contacter le département de la santé de la ville et de travailler étroitement avec eux. Nous avons mis en place de l’information sur le VIH. Nous avons mis à disposition des préservatifs. 

Par l’intermédiaire de M. Leather International, nous avons fait passer la notion d’utilisation des préservatifs des États-Unis en Europe. C’est l’un de nos gagnants, Tom, un allemand, qui est venu ici et a dit: «Oh, c’est super, les bars distribuent tous des préservatifs, je vais ramener ça en Europe. »

De nos jours, il reste dans le sous-sol une zone humide et un très, très grand hammam. Nous avions coutume de dire que c’était le plus grand hammam du Midwest. Je ne sais pas, c’est le seul hammam dans lequel j’ai toujours été, donc je ne sais pas si c’était le plus grand, mais c’est ce que nous avons dit!

Il y avait un spa pour 15 personnes là-bas qui a été fermé … des douches. Au premier étage en ce moment, ce sont les chambres et les casiers. À l’arrière de ces chambres, il y a une zone fétichistes donc nous avons 10 chambres fétichistes avec des chaînes sur les lits doubles et des ‘’slings’’ dans toutes ces chambres. Une chambre a une croix de Saint-André, mais c’est notre quartier fétichiste.

Mais ces jours si, le club a été réduit à des casiers et des chambres. Pour moi, ça a toujours été ici et même maintenant si je vis à côté, je peux juste me lever et y aller en marchant. Tout ceci va me manquer. »

LIRE AUSSI | Découvrez les trois saunas gays parisiens plébiscités par les lecteurs de Hornet