Marine Le Pen
Marine Le Pen

Marine Le Pen supprimerait le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe une fois arrivée au pouvoir

Marine Le Pen confirme dans son programme qu’elle supprimerait le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe si elle était élue.

L’engagement n° 87, dans le catalogue de 144 mesures présentées ce week-end, est consacré aux questions LGBT, même si la présidente du FN prend bien soin de ne jamais utiliser les mots: gay, lesbienne, LGBT ou mariage.

Mais l’intention, elle, est très claire:

  1. Face aux pressions d’autorités supranationales, maintenir l’interdiction de la GPA et réserver la PMA comme réponse médicale aux problèmes de stérilité. Créer une union civile (PACS amélioré) qui viendra remplacer les dispositions de la loi Taubira, sans effet rétroactif.

La GPA est déjà interdite, mais quid des enfants nés de GPA, dans des couples de même sexe ou de sexe différent? La PMA est interdite aux femmes seules ou aux lesbiennes. Mais comment considère-t-on le devenir là encore des enfants qui naîtront par PMA réalisées dans les pays où cette technique est ouverte?

Quand au mariage, nous ne voudrions pas être agent d’état civil ou notaire sous Marine Le Pen (ni aucune autre profession d’ailleurs). Car sa proposition de remplacer le mariage par un Pacs amélioré (dont on ne connait toujours pas les contours) va créer des situations juridiques, familiales et humaines inédites, complexes et surtout va favoriser les inégalités et fragiliser encore plus les couples d’hommes et de femmes engagés dans des projets de vie ou de parentalité.

Marine Le Pen, sans doute pour ne pas fâcher ses lieutenants gays comme Florian Philippot ou encore Sébastien Chenu a fait attention cette année à se donner une image « gay-friendly ». Mais son vrai visage revient aujourd’hui.

Cet engagement 87 est classé dans le chapitre « Permettre à chacun de trouver sa place ». Nous comprenons surtout que pour les LGBT (et cela vaut pour tellement d’autres aspects de son programme pour d’autres personnes), il n’y a pas de place dans la France que dirigerait Marine Le Pen si elle arrivait au pouvoir.