Connaissez-vous le « pegging », soit le fait pour un homme d’être pénétré par une femme?

This post is also available in: English Español Português ไทย 繁體中文

Être pénétré n’est pas réservé aux hommes gays : les hommes hétérosexuels peuvent aussi (comment dire ?) se faire mettre. On appelle ça le pegging, le fait pour un homme d’être pénétré par sa partenaire sexuelle.

Le mot a été forgé en 2001, quand Dan Savage, un journaliste américain qui tient une chronique hebdomadaire dédiée au sexe dans plusieurs journaux, a fait appel à ses lecteurs pour donner un nom à la pratique sexuelle par laquelle une femme utilise un gode-ceinture pour pénétrer son partenaire masculin. Après plusieurs suggestions et un vote des lecteurs, le verbe « to peg » l’a emporté avec 43% des suffrages face à ses concurrents « to bob » et « to punt».

SundayWorld , un journal sud-africain qui s’adresse « au consommateur noir jeune et ambitieux », a récemment interrogé ses lecteurs sur le pegging, et un homme hétérosexuel de 27 ans a confié son goût pour cette pratique.

Le jeune homme, qui se fait appeler Kamogelo (« bienvenue » en sotho du Nord, une langue bantoue qui est l’une des onze langues officielles de l’Afrique du Sud, NdlR), s’est livré à des révélations intimes : « ma copine a ses propres préférences sexuelles. Parfois, elle veut juste que je lui fasse un cunni jusqu’à ce qu’elle jouisse, parce que quand je la pénètre, cela ne lui procure pas le même orgasme ».

« Quand je lui ai présenté des sextoys, elle était fascinée. Je lui ai dit que je voulais être pénétré avec un gode et quand elle l’a fait, j’ai atteint l’orgasme de la façon la plus agréable qui soit. Je n’avais jamais ressenti cela avant. C’était incroyable», raconte Kamogelo.

Il explique qu’au début, sa copine a pensé qu’il était gay. « Je lui ai assuré que je ne serais pas avec elle si j’étais gay », dit-il. « J’aime juste être pénétré».

Travey Cox, une des plus influentes expertes en matière de sexualité au Royaume-Uni, a récemment expliqué dans sa chronique que « le pegging a été LA tendance sexuelle de 2016 et, loin de n’être qu’une mode, il devient rapidement quelque chose que la plupart des couples essayent au moins une fois ».

En 2015, le blog gay PopBuzz avait interrogé dix hommes hétérosexuels sur leurs fantasmes de pénétration anale. Kent, 44 ans, de Santa Fe au Nouveau-Mexique, expliquait qu’il en avait entendu parler par des amis hétéros et qu’après avoir assez bu pour essayer, il avait adoré ça.

« J’avais entendu parler du pegging par un de mes amis qui le pratiquait avec sa copine. Au début, j’ai trouvé que c’était absolument ridicule. L’idée qu’il se fasse baiser par sa copine avec un gode me faisait penser qu’il était un peu gay. Mais une nuit, alors que j’étais bourré, j’en ai parlé avec ma copine. Et avant que je réalise quoi que ce soit, je rebondissais sur ce truc comme si c’était une sorte de jouet. Et pourtant, je ne suis pas gay du tout ! Est-ce que je le referais ? Probablement, mais j’aurais besoin de boire à nouveau pour recommencer. C’était un peu l’orgasme ultime ».

Bruce, 44 ans également, de Chicago, estime que « vous faire pénétrer fait vraiment de vous un homme ».

« On a commencé avec un gode-ceinture de douze centimètres… » poursuit-il. « Et ensuite de dix-huit centimètres. Et aujourd’hui, je suis heureux de pouvoir dire que nous en sommes à trente centimètres. Notre objectif pour la nouvelle année, c’est trente-six centimètres. Bientôt, je serai un power bottom (passif dominateur) ! »

Le pegging dans la culture populaire

Le pegging a fait quelques apparitions notables dans la culture populaire.

Par exemple dans un épisode de la série Broad City en 2015. Après avoir longtemps fantasmé sur son voisin de palier Jeremy, Abbi finit enfin dans son lit. Alors qu’elle lui demande d’« inverser les positions », il se méprend sur ses intentions et sort un gode-ceinture de son tiroir en lui présentant ses fesses. Loin d’être refroidie par son désir d’être pénétré, Abbi décide d’essayer et de le voir comme une expérience. (Incidemment, sa meilleure amie Ilana est ébahie par l’ouverture d’Abbi).

En 2016, le film Deadpool a également fait allusion au pegging dans un montage de scènes montrant la vie sexuelle de Deadpool et de sa copine Vanessa. Dans l’une d’entre elles, la caméra s’attarde d’abord sur le visage gêné (mais très excité) de Wade avant de montrer Vanessa enfilant tranquillement son gode-ceinture et lui murmurant à l’oreille « joyeuse journée internationale des droits des femmes »…

Que pensez-vous du pegging ? Laissez vos commentaires ci-dessous !