Pour ces hommes qui couchent parfois avec d’autres hommes, le mot « bisexuel » fait « trop gay »

This post is also available in: English Español Português

Selon une nouvelle étude, les hommes qui couchent parfois avec d’autres hommes choisissent de ne pas se définir comme bisexuel parce que le terme est « trop gay ». Ce qu’ils préfèrent: plutôt hétéro.

Ritch C. Savin-Williams, un enseignant en développement psychologique à la Cornell University a publié un livre intitulé: Mostly Straight: Sexual Fluidity Among Gay Men (« Plutôt hétéro: la fluidité sexuelle parmi les gays ») qui explore le sujet.

Dans un article de Time Magazine, Savin-Williams explique: « Pour les non-initiés, plutôt hétéro peut sembler paradoxal. Comment un homme peut-il être plutôt hétéro. »

« Pourtant, l’observation montre que de plus de jeunes hommes s’identifient ou se décrivent comme « plutôt hétéro » que ceux qui s’identifient comme bisexuel ou gay combinés.

LIRE AUSSI | Men Who Love Men But Who Don’t Want to Be Called ‘Gay’ Are Now Opting for This Odd Label

Savin-Williams se base sur un sondage mené entre 2011 et 2013,  qui montre que 6% des hommes entre 18 et 24 ans se décrivent comme « plutôt attirés par le sexe opposé ».

Dans le sondage, les hommes devaient choisir entre trois options: hétérosexuel, bisexuel ou gay, et 75% de ces 6% ont affirmé qu’ils étaient hétéros parce que bisexuel semblait « trop gay ».

Pour son livre, Savin-Williams s’est entretenu avec un groupe d’hommes « plutôt hétéros » afin de mieux les comprendre:

L’homme plutôt hétéro appartient à une tendance grandissante de jeunes hommes qui sont à l’aise dans leur hétérosexualité, mais qui restent conscients de leur potentiel à faire d’autres expériences…

Il a peut-être fait des choses ou eu envie de faire des choses avec un ami masculin. Il a participé à une masturbation de groupe ou il n’est pas contre recevoir une fellation d’un mec qu’il vient de rencontrer. Il est moins probable qu’il ait pénétré un autre homme ou ait été pénétré, même si cela pourrait arriver avec le bon mec ou dans les bonnes circonstances. 

Il a pu avoir un coup de coeur pour un mec. Mais tomber passionnément amoureux d’un mec est trop pour lui, même s’il peut avoir de fort sentiments pour un mec et faire des câlins avec lui.

 

LIRE AUSSI | How Straight Men Can Have ‘Bud-Sex’ Together and Not Be Gay

Savin-Williams explique que l’attirance pour une personne de même sexe représente entre 5 et 10% des sentiments romantiques ou sexuels des hommes « plutôt hétéros ». Les 90 ou 95% restant sont dédiés au sexe opposé.