Marche des fiertés Paris 2017. PMA.
Marche des fiertés Paris 2017. PMA.

PMA: il est urgent d’attendre, pour le gouvernement

La PMA ou la loi constamment repoussée aux calendes grecques. Il y a quelques jours, la secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes expliquait au micro de Jean-Jacques Bourdin que la procréation médicalement assistée serait ouverte aux couples de femmes en 2018, dans le cadre de la révision de la loi de bioéhtique.

Interrogée dans l’émission Dimanche en politique sur France 3, elle a relativisé ses propos. « En 2018, a priori fin 2018, il y aura des Etats généraux de la bioéthique, dans le cadre de la loi bioéthique. Dans ce cadre, nous débattrons effectivement de la PMA et le gouvernement proposera d’ouvrir la PMA, a-t-elle indiqué, le calendrier précis sera exposé à ce moment-là. » C’est donc le calendrier qui sera connu en 2018… Donc la loi ne sera pas passée avant 2019.  « La PMA sera adoptée avant la fin du quinquennat, c’est un engagement du président », veut-elle croire.

Sur LCI, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, qui sera chargée du dossier, juge l’ouverture de la PMA aux couples de femmes « très probable », estimant qu’il faut tout de même attendre « le rapport final des états généraux de la bioéthique »

Collomb et Darmanin peu enthousiastes

Elles ne pourront pas compter sur le soutien de leurs collègues du gouvernement, qui ne montrent guère d’enthousiasme sur le sujet.

Invité du Grand Jury RTL Le Figaro, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a estimé que la PMA n’est pas une « priorité ». « Je proposerai que l’on puisse résoudre le problème du chômage avant de s’attaquer aux problèmes civilisationnels », a-t-il ajouté. Pour lui, la PMA « peut poser des problèmes » et il faudra « mettre des garde-fous ». Le peu d’empressement du ministre étonnera peu celles et ceux qui se souviennent des débats du mariage pour tous. Celui qui était alors sénateur et maire de Lyon avait déclaré qu’il ne marierait pas de couples de même sexe.

Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics très opposé au mariage pour tous et à la procréation médicalement assistée lors du précédent quinquennat, a affirmé ce matin chez Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV/RMC qu’ « en rentrant au gouvernement », il avait « accepté qu’il y ait un débat » sur la PMA, mais que sa ligne rouge, c’était la Gestation pour autrui (GPA). La confusion PMA / GPA est la tactique favorite de la Manif pour tous, qui a réuni son université d’été ce week-end. Le quotidien Libération y a dénombré seulement 200 personnes. Comme le note le quotidien, le mouvement compte sur le débat autour de la PMA pour se refaire une santé.

Dans Le Monde, un collectif d’associations LGBT réclament que l’accès à la PMA soit ouvert « dès maintenant. » Il va vraisemblablement falloir s’armer de patience.

Photo: Marche des fiertés de Paris, 2017. Par Xavier Héraud.