Une compagnie d’assurance refuse la PrEP à un homme qu’elle juge trop gay

This post is also available in: English

Plus tôt cette année, nous vous avons parlé d’un homme rejeté par son médecin aux Etats-Unis pour avoir posé des questions sur la PrEP. Maintenant, nous constatons que même si le médecin prescrit la PrEP, des compagnies d’assurance peuvent refuser de la prendre en charge.

Un patient anonyme a reçu une courrier de la compagnie d’assurance UnitedHealthcare, une des plus importantes aux Etats-Unis, expliquant qu’elle refusait la demande du patient pour Truvada. Selon la compagnie d’assurance « les informations envoyées montrent que vous utilisez ce médicament pour un comportement homosexuel à risque Élevé [sic] ».

La lettre poursuit en déclarant qu’ils ne couvrent que Truvada pour ceux qui sont déjà séropositifs ou ont été éventuellement exposés au VIH.

Le patient anonyme a envoyé la lettre à James Krellenstein de ACT UP NYC. Krellenstein a posté la lettre sur Facebook avec ce commentaire:

This needs to stop. UnitedHealthcare is denying people access to Truvada for PrEP because they are gay. We know of at…

Posted by James Krellenstein on Monday, July 31, 2017

La raison pour laquelle UnitedHealthcare a rejeté cette demande est basée sur des stéréotypes sur ce médicament et sur la communauté LGBTQ. Plusieurs enquêtes ont montré qu’une majorité de médecins ont moins de chances de prescrire des PrEP s’ils pensent que leurs patients utiliseront le médicament comme excuse pour des comportements à risque.

Des attitudes comme celle-ci augmentent la stigmatisation du VIH – et avec elle, l’idée répugnante que toute maladie est punition. C’est la même pensée que nous avons vu dans les années 80 au plus fort de la crise du sida.

James Krellenstein souligne que le langage utilisée est particulièrement homophobe. En réponse à l’affirmation de la lettre selon laquelle Truvada a été approuvé  » pour réduire le risque de transmission sexuelle du VIH-1 chez les adultes à haut risque »,  Krellenstein a écrit:

« C’est apparemment l’exposition sexuelle gay qui n’est pas autorisée. Le médicament est conçu pour les personnes à haut risque d’exposition: les hommes gays, les femmes trans. C’est ce qui rend cela très exaspérant. Ce patient tente de se protéger, mais parce qu’il était honnête avec son docteur, il a été victime de discrimination. Et ce n’est qu’une personne dont nous avons eu le témoignage … combien d’autres cas y a-t-il?

UnitedHealthcare a publié une déclaration à propos de la lettre: « Nous nous excusons pour un langage insensible apparaissant dans la lettre et regrettons toute difficulté qu’elle a causée. Nous avons mis à jour nos systèmes pour éviter que ces mots langue apparaissent dans le futur ».

Traduction: Christophe Martet

Photo par izusek via iStock