les références queer des demoiselles de rochefort
les références queer des demoiselles de rochefort

Les références queer des ‘Demoiselles de Rochefort’

Pour La La Land, gros succès de ce début d’année, le réalisateur Damien Chazelle explique  vouer un culte aux films de Demy. Les Demoiselles de Rochefort est sorti sur les écrans en 1967. Depuis, il hante les rêves des cinéphiles, des réalisateurs et des gays. de On peut en effet le regarder comme une forme de conte queer, avec de multiples références à la culture et au mode de vie gay. Mais le plaisir de ce monde « enchanté » avec ses jumelles inconnues, est surtout un pur moment de cinéma, magique, nostalgique, futile, léger, grave. Demy quoi!

 

Voyage vers l’autre rive

Le pont transbordeur, c’est un grand classique dans les films de Demy. On voit celui de Nantes dans Une chambre en ville (mais c’est un trucage), On le reverra pour Marseille dans un décor de Trois places pour le 26.  Dans Les Demoiselles, c’est le symbole du passage sur « l’autre rive », celle du cinéma comme l’inventait le réalisateur.

via GIPHY

Les marins, les maris, les amants

Un film de Demy sans les marins, c’est difficile à trouver. Il faut que ce soit un conte (Peau d’Ane, Le Joueur de Flûte) ou un film d’époque (Lady Oscar). Mais cette figure homoérotique par excellence est présente dans Lola, son premier long métrage, puis dans Les Parapluies de Cherbourg et bien sûr dans Les Demoiselles. Et en plus, ils dansent.

via GIPHY

 

George Chakiris… parce que ‘West Side Story’

L’un des principaux protagonistes des Demoiselles est membre d’une troupe de forains qui voyagent « de ville en ville et butinent de cœur en cœur ». Pour le rôle d’Etienne, Demi choisit George Chakiris, auréolé de gloire après l’immense succès de West Side Story, une comédie musicale qui a la particularité d’avoir été créée par un quatuor d’hommes gays (au placard): Leonard Berstein, Stephen Sondheim, Arthur Laurent et Jerome Robbins.

 

via GIPHY

Danielle Darrieux… parce que Danielle Darrieux!

Elle est la seule à vraiment chanter dans le film. L’une des plus grandes actrices du cinéma est adulée par des générations de cinéastes gays, de Téchiné (Le Lieu du crime) jusqu’à Ozon (Huit Femmes) en passant par Vecchiali (En haut des marches) et bien sûr Demy. Elle sera Madame Langlois dans Une chambre en ville, un film sombre entièrement chanté.

via GIPHY

Michel Picolli est Monsieur Dame

Clin d’oeil aussi au queer et à la subversion du genre propre aux contes et au cinéma de Demy. Ce nom donné au personnage interprété par Michel Picolli: Monsieur Dame est l’objet de remarques amusées mais jamais méchantes. Lorsqu’il se confie sur sa séparation avec sa fiancée (qui accouchera des jumelles), il confie: « Elle refusait le nom de Madame Dame. »

 

via GIPHY

Guillaume Lancien, avatar de Frédéric Lemaître des ‘Enfants du Paradis’

Oeuvre majeure du cinéaste Marcel Carné, Les Enfants du Paradis hantera le cinéma de Jacques Demy. Dans Les Demoiselles, le personnage véritablement méchant, cynique et malheureux, c’est le marchand d’art Guillaume Lancien. Demy lui met dans la bouche des dialogues presque recopiés de l’inquiétant personnage de Pierre-François Lacenaire, figure de l’homosexuel incapable d’aimer des Enfants.

 

via GIPHY

La fascination pour les stars des années 50

Pour ne des dernières chansons du film, Chanson d’un jour d’été, Demy s’est inspiré de la scène d’ouverture des Hommes préfèrent les blondes. Les robes sont carrément pompées, oui!

via GIPHY

 

Un « remake » de ‘Songes d’une nuit d’été’, de Shakespeare?

C’est la thèse de Jean-Pierre Berthomé, biographe de Demy à qui on doit la magistrale analyse de l’oeuvre du cinéaste (Jacques Demy et les racines du rêve). Comme dans la pièce du dramaturge anglais homosexuel William Shakespeare, trois couples séparés et qui cherchent à se retrouver, des amants à la recherche de leur moitié. Comme l’écrit Berthomé, Les Demoiselles est « une fantaisie de surface qui dissimule mal un univers fondamentalement tourmenté et habité par la souffrance de la séparation. » Ces êtres seuls (mais il y aura un happy end, enfin une sorte de happy end) on les entend dans cette séquence chorale:

Les phrases cultes

Parmi les phrases cultes de ce film vu et revu et revu, cette séquence durant laquelle tout le monde parle en alexandrin (et oui pourquoi pas, on est chez Demy, non?). Catherine Deneuve s’ennuie et lance: « Je me sens quotidienne ».

Le bonheur?

 

Dans une interview réalisée au moment de la sortie de son essai sur le cinéma de Jacques Demy et ses influences queer, Anne E. Duggan m’a expliqué ce que représentait le bonheur dans le cinéma de Demy. « La notion du «bonheur» est toujours temporaire, éphémère, dans l’œuvre de Demy. C’est un moment de rêve dans une vie ponctuée de déceptions et de pertes. « Avec Les Demoiselles de Rochefort, le bonheur dure 120 minutes. C’est déjà ça!