Le président tchétchène Ramzan Kadyrov traite les gays de ‘démons’

This post is also available in: English Русский

Ramzan Kadyrov, le chef de l’état semi-autonome de la Tchétchénie en Russie (un homme qui aime prendre des photos de lui-même en compagnie d’autres hommes) n’est pas seulement responsable d’une campagne d’enlèvement, de détention, de torture et d’assassinat des personnes LGBTQ, il est également un promoteur d’événements d’arts martiaux.

C’est pourquoi il a répondu à une interview récente avec le correspondant de HBO Real Sports David Scott. L’interview est diffusée le 18 juillet, mais Outsports l’a regardé et a partagé un extrait dans lequel Kadyrov se révèle un leader trompeur et violent.

L’extrait de l’interview avec le leader de la Tchétchénie

Selon Outsports, lorsque Scott pose une question à Kadyrov sur la répression anti-LGBTQ en Tchétchénie, Kadyrov répond:

« Quel est le but de ces questions? C’est un non-sens. Nous n’avons pas ce genre de personnes ici. Nous n’avons pas de gays. S’il en reste, emmenez-les au Canada. Confiez-vous à Dieu. Prenez-les loin de nous pour ne pas les avoir à la maison. Pour purifier notre sang, s’il y en a ici, prenez-les.  »

Sa dernière déclaration sur la purification du sang est particulièrement mystérieuse car elle fait écho à des déclarations similaires utilisées pour justifier les crimes d’honneur (c’est-à-dire lorsqu’une famille tue un parent qui lui a fait honte au nom de famille). Il est courant de dire que le seul moyen de « purifier » la lignée ou « d’enlever la tache » est le meurtre, dans ce cas, le meurtre d’un membre LGBTQ de la famille .

Scott a poursuivi en demandant si Kadyrov se sentait préoccupé par les articles sur les torture. Kadyrov répond:

« Ce sont des démons. Ils sont à vendre. Ce ne sont pas des gens. Dieu les damne pour ce dont ils nous accusent. Ils devront répondre au Tout-Puissant pour cela … L’Amérique mène une politique anti-russe contre le leadership du pays. Ils savent que je suis prêt à donner ma vie pour la Russie, et que j’ai une bonne armée capable d’attaquer et de défendre. Nous verrons comment tout cela va évoluer pour tous.  »

Lorsque Scott demande si Kadyrov considère les États-Unis comme un ennemi de la Russie, Kadyrov répond en disant que les États-Unis ne sont pas assez forts pour que la Russie les considère comme un ennemi.

« Nous avons un gouvernement fort et nous sommes un état nucléaire. Même si notre gouvernement était complètement détruit, nos missiles nucléaires seraient automatiquement déployés. Nous mettrions le monde entier à genoux et l’enculer ».

Utiliser cette métaphore du sexe anal et du viol pour décrire un holocauste nucléaire de destruction mutuellement assurée … il fallait y penser. Charmant.

D’autres nouvelles récentes concernant la répression en cours en Tchétchénie

L’administration de Kadyrov a longtemps nié l’existence d’hommes gays en Tchétchénie, tout comme elle ont refusé à plusieurs reprises de signaler la répression tout en gênant l’enquête officielle.

LIRE AUSSI | Irina Gordienko de ‘Novaïa Gazeta’: “Les autorités tchétchènes font tout pour saboter l’enquête sur la répression anti-gays”

Cette semaine, 52 démocrates du Congrès et un congressiste républicain ont signé une lettre demandant à Trump de parler de la répression avec le président russe Vladimir Poutine.

La Russie a nié la liste récente de 27 hommes qui auraient été tués dans la répression de la Tchétchénie. Le porte-parole de Poutine, Dmitry Peskov, a déclaré:

« Nous avons pris note de [ces informations]. Nous avons également pris note de la négation de ces informations par les autorités tchétchènes. L’information est anonyme. On ne sait pas quelle est la source de cette information. C’est donc tout ce que je peux dire pour l’instant. «