Russie: Les théories du complot niant l’existence du VIH nuisent à la communauté LGBT

This post is also available in: English Español Português Русский ไทย 繁體中文 Українська

Dans le monde entier, les contaminations au VIH baissent ou stagnent. Sauf dans une région, l’Europe de l’Est et l’Asie Centrale. Et pour une raison simple: les théories du complot russes sur le VIH causent la mort de Russes à un taux alarmant.

Le coût mortel des théories du complot russes sur le VIH

Les taux d’infection au VIH en Russie ont augmenté de 149% depuis 2006, les cas touchant des Russes représentent 8 cas sur 10 dans la région. Les chiffres officiels montrent que 80 russes sont mort.e.s de complications liées au sida chaque jour pendant les six premiers mois de 2017. En 2016, « seulement » 50 personnes mouraient chaque jour. Selon le gouvernement russe, il y a 10 nouveaux cas de VIH toutes les heures.

VOIR AUSSI | Hornet’s ‘Ask a Pro’ Video Series Has All the Answers You’re Looking For

Mais si vous regardez sur les sites russes et les forums, vous pourrez constater qu’on y dit souvent que le VIH est un canular des occidentaux. Certains croient que le VIH et le sida ont été créés pour contrôler la population russe. Les russes croient que le VIH ne touche que les « drogués » et les « gays américains ».

Malgré ces croyances, 50% des nouveaux cas touchent les hétérosexuels. La raison pour laquelle on se penche sur cette histoire de théorie du complot russe vient d’une série de morts d’enfants.

En novembre, un tribunal régional à Parm, en Sibérie occidentale, à condamné une mère à 18 mois de prison pour ne pas avoir donné de traitement VIH à son fils de 8 ans. Dans une autre ville de Sibérie, Tyumen, une enfant de deux ans est morte parce qu’elle n’a pas reçu de traitement.

The Independent raconte l’histoire d’une mère qui a perdu son enfant parce qu’elle ne croyait pas qu’il avait besoin de médicaments:

« On m’a dit que si je ne donnais pas de traitement à mon fils, il mourrait pendant les vacances de noël. Bien sûr, je ne lui ai rien donné. », a écrit Sofia Kuzmina le 20 mars 2013. Sept mois passent et voici ce qu’elle écrit: « Maintenant il ne sourit plus, il ne s’assied plus dans son fauteuil. On a tué mon fils. Il est comme un phoenix. Que le sida soit maudit! » Le garçonnet est mort juste avant son quatrième anniversaire. 

Selon The Independent, 70 décès ces trois dernières années sont dûs à un refus de traitement pour le VIH.

Certains américains y croient aussi

Bien sûr, le déni du VIH n’existe pas qu’en Russie. En 2000, le groupe les Foo Fighters se sont faits taper sur les doigts à ce sujet. Le bassiste Nate Mendel avait organisé un concert de charité pour l’association Alive and well, qui nie la réalité du vIH. Leur site accueillait même une page qui soutenait les déclarations absurdes de l’association. Une branche d’Act Up à San Francisco nie aussi l’existence du VIH.

Mais comme on le voit en Russe, le nier le virus tue. Ne vous laissez pas avoir par ces mensonges.

Image de une par gevende via iStock