Sport LGBT: Dernière rentrée avant les Gay Games de Paris 2018

Avec ses 6000 adhérent.e.s réparti.e.s dans une cinquantaines d’associations sportives, la Fédération sportive gay et lesbienne (FSGL), est l’une des organisations les plus importantes de la communauté LGBT française. Elle faisait sa rentrée dimanche dernier à l’Espace des Blancs Manteaux dans le IVè arrondissement de Paris. Les associations pouvaient y rencontrer le public et d’éventuels futur.e.s adhérent.e.s. C’était l’occasion aussi pour Hornet de prendre la température à moins d’un an des Gay Games de Paris, qui se tiendront du 4 au 12 août prochains.

Après avoir fait le tour des stands et avoir discuté avec les militants/sportifs, nous avons pu constater que les associations chargées d’organiser les épreuves sont déjà dans les starting-blocks. La plupart ont déjà leur terrains et communiquent désormais pour faire venir les inscrits.

Véritable cheville ouvrière de l’événement, l’infatigable Manuel Picaud (ci-dessous), co-président de Paris 2018, se veut confiant.

« Nous avons trois objectifs à atteindre. Le premier c’est de recruter 15 000 participants – nous avons aujourd’hui plus de 3600 inscrits, un bon chiffre par rapport aux éditions précédentes. Le deuxième objectif c’est de réunir des fonds. Nous cherchons 2,4 millions d’euros de fonds privés. Il reste encore beaucoup de travail pour y parvenir, mais nous avons prévu un budget à escalier, ce qui permet de ne pas prendre de risque et pouvoir être sûr de livrer l’événement en août 2018. Le troisième objectif naturel, c’est organiser la totalité de l’événement: 36 sports, 14 événements culturels, la cérémonie d’ouverture et le village sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Tout ceci est sous contrôle. 90% des infrastructures ont été réservées et confirmées. »

Il reste encore quelques soucis ici ou là. Ainsi, l’association de rugby Les Gaillards déplore que le championnat du monde de rugby LGBT ait lieu quelques semaines auparavant en juin, à Amsterdam, ce qui rend assez difficile l’organisation de l’épreuve. « Ceux qui ont payé un billet pour Amsterdam en juin, ne vont pas revenir à Paris en août », regrette un des membres de l’association. L’association de VTT n’a pas vocation à organiser de compétition, mais démarche activement les structures qui pourraient prendre en charge l’organisation d’une épreuve. Côté tennis, les matchs devaient avoir lieu à Roland Garros, mais le retard des travaux oblige l’association organisatrice à trouver un plan B. Ou encore, l’association Voile et Croisière en liberté n’a pas pu trouver un bassin pour accueillir une épreuve de voile. En lieu et place, une régate se tiendra au Havre…

Pour Manuel Picaud, un désastre comme l’annulation des Out Games de Miami en mai dernier est à exclure. Souvenez-vous, cet événement, organisé par une association concurrente de la Fédération des Gay Games, avait été annulé à la dernière minute en raison de problèmes financiers.

Lire aussi: Les OutGames sont annulés à la dernière minute, laissant les athlètes LGBT sur le carreau

« Les Gay games ont la chance d’avoir près d’une quarantaine d’années d’expérience, plaide-t-il. Nous avons un cahier des charges précis, qui n’existait pas à Miami. L’organisateur de Paris 2018 est une association issue du monde sportif LGBT et notamment de la FSGL, qui a 15 ans d’expérience dans l’organisation d’un Tournoi international [le TIP], qui est bénéficiaire chaque année. On sait de quoi on parle. »

Le co-président de Paris 2018 met aussi en avant le soutien institutionnel: « un soutien sans précédent des pouvoirs publics, que ce soit le gouvernement français dans son ensemble, la mairie de Paris, la Région Ile de France, qui sont des financeurs impliqués et qui ont véritablement envie que l’événement ait lieu ».

Enfin Manuel Picaud souligne qu’il est un « ancien banquier ». « Cela peut servir à ce qu’on termine dans le vert », glisse-t-il, avant d’ajouter:

« Nous nous assurons que nos dépenses soient toujours couvertes par des recettes et nous avons prévu des plans A, B et C en fonction des aléas qui peuvent survenir. »

A 6 ans des Jeux Olympiques qui se tiendront également dans la capitale française, le co-président de Paris 2018 veut voir dans les Gays games « plus qu’une répétition ». « Ce seront des jeux ouverts à toutes les diversités, prônant le respect à l’égard de tous les participant.e.s. », lance-t-il, avant d’égrener les moments forts: « On va mettre le paquet sur la soirée d’ouverture. Les sports les plus courus sont la course à pied natation, la course à pied, les sports de ballon, volley et football, on va aussi pouvoir s’amuser avec des sports plus originaux comme le Roller Derby ou la pétanque. Dans la danse sportive et le patinage artistique, les couples de même sexe pourront participer. »

Voir notre galerie photo du Forum de la FSGL:

Les liens pour les associations: Niji Kan, Double Jeu Tennis Paris, BK Paris, Paris Lutte, Acrobad, Les Petites Frappes, Les Gaillards, Les Coqs Festifs, Judo Makoto, Paname Boxing Club, Panamboyz, Randos Ile de France, Entre2Basket, Les dérailleurs, Décalage, FC Paris Arc en Ciel, Aquahomo, Enrollères.

Photos: Xavier Héraud

(Visited 333 times, 1 visits today)