hotel de ville paris archives
hotel de ville paris archives

Centre d’archives LGBT à Paris: une subvention et un local pour le collectif Archives LGBTQI

Les associations ne voulaient pas attendre 2020 pour avoir un local dédié aux archives LGBT. Elles devraient avoir de quoi patienter, grâce au Groupe Ecolo de Paris qui a fait voter hier en Conseil de Paris un amendement budgétaire qui alloue 10 000 euros et un lieu provisoire, attribué en 2018, pour permettre au collectif Archives LGBTQI « de travailler en vue du futur Centre d’archives LGBTQI de Paris ».

« En l’absence de volonté politique de la part des autres échelons territoriaux (Région, État), il revient de toute évidence à la Ville de Paris la responsabilité de prendre l’initiative de soutenir les premières étapes de ce projet », plaide le groupe Ecolo dans l’amendement.

L’amendement budgétaire a été voté.

« Une super nouvelle », pour Archives LGBTQI

« C’est une super nouvelle », réagit Mikaël Zenouda, du collectif Archives LGBTQI. Ce collectif regroupe plusieurs personnes qui ne sont pas forcément affiliées à des associations ou des partis ( même si Mikaël Zenouda et Patrick Comoy, qui animent le collectif font respectivement partie d’Act Up-Paris et de la France Insoumise). Act Up-Paris et SOS homophobie ont adhéré au collectif et plusieurs autres associations comme l’Inter-LGBT, FièrEs , Polychrome ou l’Ardhis y sont représentés. « Cela montre que nous sommes crédibles et cela montre également que lorsqu’on met la pression, lorsqu’on médiatise, ça marche », poursuit Mikaël Zenouda, qui ajoute: « le local en 2020, c’est bien mais le travail doit commencer maintenant. Cette subvention et ce local vont nous permettre d’élargir le réseau au niveau national, avec notamment les Centres LGBT en régions ou de commencer la mise en valeur d’archives via un portail internet. » Un travail qui a déjà commencé sur la page facebook du collectif.

Le projet de Centre d’archives LGBT de Paris traîne depuis une quinzaine d’années. Il semble connaître un petit coup d’accélérateur depuis le début de la mandature d’Anne Hidalgo. C’est d’abord le Groupe Ecolo au Conseil de Paris qui a remis le sujet sur la table. Depuis, c’est l’adjointe chargée de l’égalité femmes-hommes et de la lutte contre les discriminations, Hélène Bidard, qui est chargée de faire en sorte que ce projet devienne réalité. Alors que le point d’achoppement a toujours été la question du local, le premier adjoint Bruno Julliard a lancé une idée en octobre dernier: le future Centre pourrait s’installer dans l’une des mairies d’arrondissement libérées lors des prochaines élections municipales, suite à la fusion des quatre premiers arrondissements de la capitale, en 2020 (ou 2021, selon la date des élections). Dans Libération, l’adjoint admettait avoir pris conscience de l’importance du projet grâce au film 120 battements par minute.

Un colloque pour définir les contours du projet devrait avoir lieu en 2018.