La Tchétchénie continue d’entraver les enquêtes sur la répression des homosexuels

This post is also available in: English

Novaïa Gazetta, , le journal d’investigation russe qui a publié les premières informations sur l’élimination coordonnée des hommes gays et bis ou soupçonnés de l’être dans l’état semi-autonome de la Tchétchénie, affirme maintenant que 26 Tchétchènes ont été assassinés dans des « exécutions extrajudiciaires » durant cette purge anti-LGBT. La source des nouvelles est en russe.

Ce média accuse les autorités tchétchènes d’un sabotage systématique des efforts d’investigation de la Russie. Alors que ces investigations ne semblent pas très solides – d’autant plus que les autorités russes ont initialement esquivé des questions et ont rejeté prématurément les informations – Novaïa Gazetta affirme que les responsables tchétchènes auraient pris les mesures suivantes pour entraver l’enquête de la Russie:

– Des membres de la police tchétchène ont refusé de participer à l’enquête. Heda Saratova, responsable du Human Rights Council en Tchétchénie, aurait été « très mécontente » de ne pas participer non plus.

– L’un des sites de détention présumés, une ancienne caserne militaire à Argun, a été rempli jusqu’au toit avec des gravas. Les prisonniers qui y résidaient auraient été transférés dans une base de la police à 60 kilomètres au nord de Terek.

– Des responsables tchétchènes ont contraint les proches des hommes morts, des hommes disparus ou qui ont fui à signer frauduleusement des attestations affirmant que leurs proches avaient quitté la Tchétchénie pour travailler ailleurs en Russie. De plus, ces parents ont été invités à contacter les victimes de la violence antigay en Tchétchénie et à leur dire de ne pas parler avec l’équipe d’enquête.

Néanmoins, Novaïa Gazetta a également signalé que certains policiers tchétchènes ont secrètement aidé les enquêteurs en leur fournissant une liste nommant tous les détenus appréhendés. Les enquêteurs étudient également les informations concernant les menaces contre les journalistes de Novaïa Gazetta par les chefs religieux de la Tchétchénie pour leur reportage sur la purge anti-LGBTQ.

Le Russia LGBT Network continue d’affirmer que le Département d’Etat américain refuse les visas aux tchétchènes LGBTQ qui ont fui la région pour leur sécurité. Des femmes et des personnes trans ont été aussi arrêtées dans la purge anti-LGBTQ aussi.

 

Traduction: Christophe Martet

(Image illustrée par AlexeyBorodin via iStock Photography)