Tchétchénie: le très homophobe Président Kadyrov se dit « prêt à démissionner »

This post is also available in: English Español Português ไทย 繁體中文

Le président tchétchène Ramzan Kadyrov a déclaré dans une interview télévisée qu’il était prêt à démissionner. S’il devait le faire, le Kremlin désignerait son successeur.

Kadyrov est connu pour son homophobie et la répression anti-gay qu’il mène depuis le début de l’année.

Kadyrov va-t-il démissionner?

Hier matin, Kadyrov a donné une interview avec la chaîne Rossiya 1. Quand le journaliste lui a demandé s’il était prêt à démissionner, il a répondu:

« On peut dire que c’est mon rêve. Il y avait besoin de gens comme moi pour se battre, pour mettre de l’ordre. Maintenant, nous avons de l’ordre et de la prospérité… le temps du changement est venu dans la République Tchétchène. »

Le journaliste lui a également demandé qui il aimerait voir lui succéder, mais il a botté en touche:

« C’est la prérogative du chef de l’Etat. Si on me pose la question… il y a plusieurs personnes qui sont 100% capables de mener ces tâches à bien au plus haut niveau. »

Kadyrov gouverne la Tchétchénie depuis 2007. L’année dernière, il a été conforté à son poste par Vladimir Poutine.

Poutine lui-même doit affronter une élection en mars prochain. Il devrait annoncer sa candidature pour un quatrième mandat. La plupart des experts s’attendent à une large victoire, mais certains pensent que ses opposants pourraient se servir de ses liens avec Kadyrov pendant la campagne.

Dans son interview, Kadyrov a réitéré son admiration pour le Président russe, son « idole ». Il s’est dit « prêt à mourir pour lui, prêt à obéir à n’importe quel ordre ». Kadyrov a été accusé d’avoir été mêlé à l’assassinant de l’opposant Boris Nemtsov en 2015, ce qu’il nie.

Sous Kadyrov, plusieurs personnes LGBT ont été tuées. En juillet dernier un rapport a fait état du meurtre de 28 hommes. Le mois dernier, le chanteur pop russe Zelimkhan Bakaev aurait été assassiné parce qu’il était homosexuel.

Même si une démission de Kadyrov serait une bonne chose, étant donné le climat homophobe qui règne en Russie, il n’est guère probable qu’un éventuel successeur soit mieux disposé vis à vis de la communauté LGBT.

A ce jour, plus de 70 hommes gays ont été exfiltrés de Tchétchénie. Hornet contribué à aider les hommes sur place en diffusant des messages via l’application et en aidant financièrement le Russian LGBT Network.