Ukraine: Des manifestants homophobes s’opposent à la marche de la Journée mondiale contre les LGBTphobies

This post is also available in: English

Dans la ville ukrainienne de Kherson, un petit groupe de militants LGBTQ et de supporters avait organisé mecredi 17 mai une marche de l’égalité à l’occasion la Journée internationale contre les LGBTphobies (#IDAHOT). Les manifestants ont défendu l’égalité pour toutes et tous, qu’il s’agisse de la race, du genre ou de l’orientation sexuelle. Ils ont marché pendant 100 mètres ou un peu plus que la longueur d’un terrain de football.

Pour leur sécurité, les organisateurs ont travaillé avec la police ukrainienne. La police connaissait tous les détails de la marche – et le site de la marche a été gardé secret jusqu’à ce qu’elle commence.

Malgré cela, d’une façon ou d’une autre, un groupe de militants locaux anti-étrange a découvert l’existence de cette manifestation. Même si personne n’était censé savoir où elle se déroulait, les homophobes sont quand même venus à temps pour perturber la marche.

Heureusement, 100 policiers étaient là pour protéger les marcheurs. Pourtant, un certain nombre de contre-manifestants ont crié des slogans hostiles et ont exigé que cesse la marche. Certains des contre-manifestants ont essayé de percer la barrière de la police pour déchirer les affiches et les posters des manifestants. Quelques-uns des contre-manifestants ont été arrêtés.

Il s’agit de la deuxième marche annuelle IDAHOT à Kherson. La marche de l’année dernière avait rencontré une opposition similaire. Cette marche avait été bloquée par des dizaines de jeunes hommes homophobes.

L’homosexualité est légale en Ukraine depuis 1991, mais selon une étude de 2010, seulement 28% des Ukrainiens pensent que les LGBT «devraient être libres de vivre leurs propres vies comme ils le souhaitent». L’Ukraine n’autorise pas le mariage des couples de même sexe, bien que l’on ait proposé des partenariats civils pour les couples homosexuels.

En 2015, l’Ukraine a adopté une loi interdisant aux employeurs de discriminer les travailleurs en fonction de l’orientation sexuelle. Cette loi a été adoptée afin que l’Ukraine puisse autoriser les voyages sans visa vers l’Union européenne. En 2016, le Parlement ukrainien a refusé de soutenir la Convention d’Istanbul, une loi européenne contre les crimes de haine liés à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre.

L’Ukraine a également accueilli les finales de l’Eurovision samedi dernier, pour lequel le thème était « la diversité ».