Toggle Menu
6 comportements à ne plus adopter sur les applis de rencontre en 2020
Culture

6 comportements à ne plus adopter sur les applis de rencontre en 2020

Written by Xavier Héraud on December 27, 2019
Be first to like this.

On sait bien qu’on l’a trop dit, mais on le (re)dit quand même: les applis de rencontre gay sont un formidable outil pour faire toutes sortes de rencontres, mais elles sont aussi trop souvent une source d’anxiété ou de négativité pour beaucoup. Alors, essayons collectivement de nous débarrasser de nos mauvais comportements et le monde ne s’en portera que mieux. En voici quelques uns qu’on préfère ne plus voir en 2020 (et les années suivantes).

Oui bien sûr, chacun peut avoir des préférences en matière de mecs. Vous pouvez les afficher sur votre profil, pour mieux donner un aperçu de ce que vous recherchez habituellement. Mais attention à la manière dont vous les exprimez. En les indiquant de manière négatives, vous blessez les personnes que vous excluez. Est-ce vraiment utile? Si jamais vous voulez indiquer quelque chose, préférez une formule plus positive. Et rappelez vous que vous pouvez toujours être surpris. Donc ce serait dommage de passer à côté d’une belle rencontre, tout simplement parce que la personne fait 1m79 et que vous aviez précisé ne pas vouloir de mec en dessous d’1m80…

Parler de ses préférences, oui, mais attention à la manière. Réduire une personne à sa couleur de peau (en disant par exemple à un mec: « j’adore les beaux blacks ») par exemple donne l’impression que vous recherchez plus une couleur qu’un être humain. Si vous pensiez que c’est un compliment, vous avez tort. C’est insultant et votre interlocuteur le prendra sans doute comme tel. De rien!

Ceux qui ont des photos privées sur Hornet en font l’expérience très régulièrement. Des profils, qui eux-mêmes ne comportent souvent aucune photo, viennent vous demander de montrer vos photos privées sans même avoir dit ne serait-ce qu’un bonjour. On va être concis sur le sujet: c’est mal élevé. Ne le faites plus.

Refuser de parler à quelqu’un ou lui dire des horreurs parce qu’il est séropositif n’a jamais été cute. En 2020, ça deviendrait carrément anachronique. Vous valez mieux que ça. Et pour ceux qui l’ignorent encore, une personne séropositive traitée et ayant une charge virale indétectable ne transmet plus le virus du VIH. Donc il n’y a vraiment plus aucune excuse à faire de la sérodiscrimination (il n’y en avait déjà pas avant, d’ailleurs).

Si certains se cassent la tête pour remplir un profil, ce n’est pas pour rien… Cela vous prend deux secondes et demi de lire un profil et cela montre à votre interlocuteur que vous vous intéressez un minimum à sa personne. Après, si vous préférez passer pour un goujat, libre à vous… Mais ne vous étonnez pas ensuite si les réponses ne sont pas à la hauteur de vos attentes. On récolte ce que l’on sème.

Voulez-vous avoir une relation, sexuelle ou autre, avec un gode ou avec une personne? Réduire une personne à la taille de son pénis ou à la circonférence de sa taille ou de ses fesses est so 2001 (et encore au premier trimestre seulement, c’est devenu vulgaire dès le mois d’avril de la même année). Si vous pensez que c’est la taille qui fait tout, vous n’avez pas compris grand chose au sexe…

 

Voilà pour ce qu’on ne veut plus voir en 2020. Ce qu’on veut toujours voir en revanche, c’est la bienveillance, la gentillesse, l’honnêteté. Souvenez-vous que vous parlez à de vraies personnes, comme vous, qui peuvent avoir des complexes, des baisses de moral, comme vous. Et qu’on ne se grandit pas en rabaissant les autres. Bien au contraire. Comme tous les lieux de socialisation, les applis de rencontre sont ce que l’on en fait. Et charité bien ordonnée commence par soi-même.

Read more stories by just signing up

or Download the App to read the latest stories

Already a member? Log in
Français
  • English
  • Español
  • Português
  • ไทย
  • 繁體中文
Quantcast