Dire que l’on est actif ou passif, c’est ne pas comprendre le sexe

This post is also available in: English Español 繁體中文

Dans une culture obsédée par la pénétration, savoir qui est « actif » et qui est « passif » est devenu source de blocage, et pousse beaucoup à se priver de formidables partenaires potentiels. Cette perte massive de bons rapports sexuels potentiels est une réalité parce que nous réduisons le sexe à la pénétration. Mais quand vous dépassez cela et que vous ouvrez la porte à différentes possibilités en matière de sexe, vous devenez compatible avec pratiquement tout le monde, actif ou passif.

Le sexe pénétratif et physique avec une érection peut être excitant et fun, mais ne pratiquer le sexe de cette seule manière exclut des partenaires potentiels, ignore le reste du corps et finit par être ennuyeux. Le sexe qui s’autorise des activités non-pénétratives court-circuite les limites du « actif ou passif ». Des rapports avec des amants créatifs — c’est à dire que savent utiliser sexuellement l’intégralité du corps — est la clé d’une vie sexuelle à long-terme excitante (et de plans cul plus chaud également).

La foule qui clame « je ne suis que passif ou actif » comprend mal comment on maintient l’excitation à un niveau élevé. C’est une anxiété qui nous crée des limites en matière de sexe et de corps. Tout notre corps a la capacité de nous donner du plaisir, et le sexe pénétratif fait non seulement l’impasse sur beaucoup de zones érogènes, mais aussi des façons de construire une intimité et un lien (et ennuie celui qui est vraiment coquin).

On nous élève dans la honte de nos corps, en particulier de nos parties génitales, et on nous apprend à éviter d’explorer le plaisir sur tout notre corps. Ajoutez à cela l’homophobie et la masculinité toxique et vous obtenez des anxiétés inutiles qui touchent votre corps et celui de votre partenaire pendant le rapport sexuel.

Le sexe pénétratif rapide, dur, peut être utilisé comme une manière de créer du lien, mais aussi comme une façon d’éviter l’intimité et une présence incarnée. J’enseigne à mes patients qu’ils peuvent être plus présents pendant un rapport sexuel et avoir davantage de sensations en ralentissant le rythme et en utilisant tout leur corps. Ce niveau de lien entre deux personnes, qui peut apporter tant d’excitation, semble trop intime pour beaucoup.

Quand nous utilisons le sexe pour nous éloigner de notre obsession du phallus, nous sommes tous « versatiles ». En particulier avec la trinité – jouets, doigs, langues — qui est accessible à chacun d’entre nous.

Casser les habitudes et les schémas pré-établis permet d’avoir une super vie sexuelle. Soyez actif si d’habitude vous êtes passif. Affirmez vous davantage si d’habitude vous vous laissez faire.

Eveiller des parties de notre corps qui ne sont pas habituellement associés au sex ou au plaisir montre à quel point notre sexualité est malléable. Tout peut avoir du plaisir.

Donc fini avec ces conneries de « actif ou passif », nous sommes tous versatiles.