police française
police française

Agression homophobe à Lille: deux associations saisissent la justice pour refus de plainte

Les associations Mousse et Stop homophobie annoncent avoir saisi le Parquet de Lille pour refus de plainte après une agression homophobe. Le 26 décembre dernier, Fares, un jeune montpelliérain, a été agressé dans la rue à Lille avec son compagnon parce qu’il lui tenait le bras. Pratiquant la boxe, la victime a pu mettre ses agresseurs en déroute, mais en été lui-même sérieusement blessé au visage. Il a ensuite voulu aller déposer plainte au commissariat central de Lille. On lui adresse une fin de non-recevoir.

« Ils nous ont dit à l’interphone qu’on n’avait pas de certificat (médical), et qu’on n’avait pas à se tenir par le bras, que c’était de la provocation. On était tellement écœurés qu’on est rentrés à l’hôtel. », témoigne Fares (qui se faisait appeler Safir dans l’article) dans la Voix du Nord.

L’association Mousse rappelle que « Le refus de plainte à raison de l’orientation sexuelle constitue un délit réprimé par l’article 432-7 du code pénal, puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende ». « Si les faits rapportés par la presse concernant le refus de plainte du commissariat de police de Lille s’avéraient vrais, le policier ayant refusé de recevoir la plainte de Fares Araoudiou pourrait faire l’objet d’une sanction pénale. », ajoute l’association dans un communiqué.

De son côté, la Préfecture se défend en affirmant que les policiers n’ont fait que respecter la procédure. « Conformément à la procédure en vigueur, les agents leur ont demandé de faire, dans un premier temps, constater les blessures par un médecin et dénombrer les jours d’ITT. », déclare le Préfet à La Voix du Nord.

Fares a finalement pu porter plainte à Montpellier.