ministres sos homophobie
ministres sos homophobie

Agressions homophobes: trois ministres en déplacement au local de SOS homophobie

Deux ministres et une secrétaire d’Etat se sont rendus hier mardi 30 octobre au local de SOS homophobie dans le XIIème arrondissement de Paris. Nicole Belloubet et Christophe Castaner, respectivement ministres de la Justice et de l’Intérieur et Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes sont venus rencontrer les associations LGBT pour évoquer la succession d’agressions homophobes depuis la rentrée dont nous vous faisons régulièrement l’écho.

Le ministre de l’Intérieur a confirmé une augmentation «de plus 15 % des violences physiques et sexuelles à caractère homophobe ou transphobe» avec «262 faits constatés» depuis le début de l’année 2018 par rapport à la même période en 2017, comme le souligne Le Figaro.

Les ministres ont présenté plusieurs mesures, pour la plupart déjà dans les tuyaux.

Un dispositif de pré-plainte en ligne est actuellement en cours d’expérimentation. Demain, il devrait être possible de porter plainte en ligne directement. « C’est une mesure qui va dans le bon sens mais qui ne suffira évidemment pas à augmenter le nombre de plaintes parce qu’il y a seulement 8% des personnes homosexuelles qui portent plainte aujourd’hui, et la moitié de ces 8% ce sont des mains courantes qui ne donnent lieu à rien. », a commenté Joël Deumier, président de SOS homophobie sur France Info.

La ministre de la Justice a ajouté que la lutte contre toutes les discriminations est « érigée en priorité de politique pénale », ce qui fera l’objet d’une circulaire, une formation continue des magistrats sera assurée en partenariat avec la Dilcrah et les procédures en référé pour le retrait des contenus haineux seront facilitées.

Le ministre de l’Intérieur a annoncé lui «le doublement des effectifs de la cellule “haine discrimination” de la plateforme Pharos» qui veille sur les réseaux sociaux — ce qui était déjà prévu et la mise en place d’un référent LGBT dans les commissariats et groupements de gendarmerie.

Le ministre de l’Education, lui, n’a pas jugé bon de faire le déplacement.

 

(Visited 107 times, 1 visits today)