Canal + diffuse « It’s a sin », la série choc de Russell T. Davies sur les années sida

Canal + diffuse « It’s a sin », la série choc de Russell T. Davies sur les années sida

Be first to like this.

C’est un projet que Russell T. Davies, le créateur génial de Queer as Folk, Cucumber ou Years and Years, porte en lui depuis longtemps. Sa nouvelle mini-série, It’s a sin — un titre en écho au tube des Pet Shop Boys, suit un groupe d’amis, principalement gays au moment où l’épidémie de VIH/Sida fait son apparition. Elle a été diffusée en janvier sur Channel 4 au Royaume-Uni et débarque à partir de ce soir sur Canal +.

La force d’It’s a sin est qu’elle restitue d’abord la joie de vivre de toute cette génération qui a été fauchée de plein fouet par l’épidémie. Manière de signifier que l’histoire est suffisamment tragique en elle-même pour ne pas en rajouter dans le pathos. Et aussi de rendre hommage à celles et ceux qui avaient d’abord l’avenir devant elles et eux avant de devenir des malades.

Le scénariste anglais n’en fait pas mystère: It’s a sin est peut-être son oeuvre la plus personnelle. Pour recréer cette époque à l’écran, le temps de cinq petits épisodes, il a donc pioché dans ses souvenirs et s’est inspiré de personnes réelles. Le personnage de Jill, interprété par l’excellente Lydia West (Black Mirror, Years and Years) a ainsi réellement existé. Le Pink Palace, l’appartement qu’elle partageait en colocation avec ses amis gays aussi. Elle se nomme Jill Nalder et Russell T. Davies a eu la bonne idée de lui confier un petit rôle, celui de la mère de Jill. Au cast, on retrouve également le chanteur/comédien Olly Alexander (du groupe Years and Years), Omari Douglas et Calum Scott Howell, qui interprètent le trio d’amis Richie, Roscoe et Colin. Le créateur de la série a tenu à ce que ces rôles soient interprétés par des acteurs eux-mêmes gays, pour plus d’authenticité. On note aussi les apparitions des guests star de luxe Stephen Fry et Neil Patrick Harris.

Il existe déjà un certain nombre d’oeuvres essentielles consacrées à l’épidémie de VIH/Sida: Angels in America, The Normal Heart, 120 bpm ou la mini-série suédoise Snö. Avec It’s a sin, Russell T. Davies ajoute sa pierre à l’édifice d’une mémoire collective que nous ne devons pas oublier.

Voir la bande-annonce de It’s a sin:

It’s a sin, sur Canal +, à partir du 22 mars

Related Stories

Dans une nouvelle série, Steven Canals, co-créateur de Pose, va chroniquer la dépsychiatrisation de l'homosexualité aux Etats-Unis
Ursula von der Leyen prend position sur les questions LGBT
Todrick Hall sort un album spécial confinement, "Quarantine queen"
Larry Kramer, fondateur d'Act Up-New York et auteur de The Normal Heart, est mort
Quantcast