Le nageur espagnol Carlos Peralta fait son coming-out

Le nageur espagnol Carlos Peralta fait son coming-out dans les colonnes du journal El Mundo. Une démarche inspirée par celle du joueur de water-polo Victor Guttierez, sorti du placard en 2016.

« Les gens ne comprennent pas à quel point vous pouvez souffrir pour vous accepter vous-même. Je ne me suis pas senti très compris par les entraîneurs ou les collègues. », explique ce champion d’Espagne du 200 mètres papillon.

Il affirme s’être déjà fait traiter de « pédé » sous les douches, ou de « pédé au placard », parce qu’à une époque il avait une petite amie.

C’est après les Jeux de Rio — où il avait échoué en demi-finales — qu’il a commencé à s’accepter.

? #marca #beardmen #swimmer ?

A post shared by Carlos Peralta (@peraltagallego) on

« J’ai peur, ajoute-t-il. Pour moi ce n’est pas facile, mais je veux me débarrasser de ce poids. Il y a des gens qui vont me reprocher de le dire à un moment où je ne suis pas au top. Mais je viens de terminer mes examens de médecine et maintenant je vais me préparer pour les Jeux de 2020. »

Même si à son niveau les coming-outs sont rares, surtout en pleine carrière [Ian Thorpe, par exemple, l’a fait une fois sa carrière terminée], il estime qu’il y a « un paquet » d’athlètes gay, mais au placard. « On m’a dit qu’il y avait un nageur français et un italien mais publiquement ils ne l’ont pas dit. »  « j’ai entendu des commentaires homophobes des entraîneurs de l’équipe nationale: « Regardez, c’est le pédé français ». Un autre entraîneur, qui ne me connaissait pas, m’a même dit que la pire chose qui puisse lui arriver dans la vie est que son fils soit gay…

Maintenant qu’il a fait son coming-out dit-il, il va pouvoir se consacrer à la nage: « Comme j’ai terminé mes études et que j’ai dit publiquement ce que je suis, je vais m’entraîner à fond. Rendre cette information publique me donne plus de force. »