« Moins de dix » couples homos auraient pu adopter depuis la loi du mariage pour tous

Francetvinfo publie une enquête intéressante sur l’adoption par les couples gays et lesbiens, légale depuis l’adoption du texte ouvrant le mariage aux couples de même sexe en 2013, il y a cinq ans exactement aujourd’hui.

685 enfants adoptés en 2017

Si les couples – majoritairement des hommes – n’ont guère de difficultés à obtenir l’agrément pour adopter, la suite du parcours est plus difficile. Francetvinfo et Libération dans un article publié il y a quelques jours détaillent les nombreux obstacles auxquels sont confrontés les couples. On peut citer déjà la baisse du nombre d’enfants adoptables à l’international (685 en 2017), le minuscule nombre de pays qui acceptent les dossiers de couples de même sexe (la Colombie, l’Etat de Mexico (Mexique) et certains Etats des Etats-Unis, l’Afrique du Sud, le Brésil et le Portugal), ou l’influence d’associations familiales homophobes, comme l’UNAF, qui s’était opposée au mariage pour tous dans les Conseils de familles, qui doivent se prononcer sur les adoptions des pupilles de l’Etat.

Avec un résultat sans appel: « A peine « quelques familles » ont pu accueillir dans leur foyer un enfant pupille de l’Etat et « moins de dix » un enfant né à l’étranger », explique Alexandre Urwicz de l’ADFH. Raison pour laquelle de nombreux couples se tournent vers la gestation pour autrui, interdite en France, mais autorisée dans plusieurs pays, notamment les Etats-Unis. Les couples de femmes se tournent elles plutôt vers la Procréation médicalement assistée (PMA), possible notamment en Belgique ou en Espagne.

LIRE AUSSI |  Mariage pour tous: 5 ans de bonheur?