Crowdfunding: « Change-couleur », ou l’histoire d’un chantage lié à l’homosexualité en Côte d’Ivoire

Crowdfunding: « Change-couleur », ou l’histoire d’un chantage lié à l’homosexualité en Côte d’Ivoire

Be first to like this.

L’équipe du court-métrage Change-Couleur recherche des fonds pour terminer sa post-production.  Le film parle d’un sujet rarement dans la fiction française: l’homosexualité en Afrique.

Voici le synopsis:

« Abidjan. Ali, jeune homosexuel musulman, assiste à contrecœur au mariage catholique de Saint, son amant. Il tente de préserver les apparences mais Maël, un responsable import-export français présent aux festivités, comprend très vite la nature des relations qui unit les deux hommes et va exercer un chantage sexuel sur Ali… »

« Celui qui est à double-face »

Explication du titre: « Change-couleur signifie ici versatile, caméléon. Le change-couleur est celui qui change d’avis, qui est à double face. En tant qu’homosexuel vivant dans un société de culture homophobe, la meilleure stratégie pour survire est de se dissimuler, par exemple en épousant une femme, en utilisant celle-ci comme une couverture pour éloigner les soupçons. »

Tournage impossible au Sénégal

Si le sujet n’est pas hyper courant pour de la fiction française, le lieu de tournage l’est encore moins. Comme il le raconte sur la page du projet, Stéphane Olijnyk, le réalisateur, souhaitait initialement tourner au Sénégal.

« Pour nourrir le script de Change-couleur, j’ai rencontré plusieurs homosexuels sénégalais qui ont accepté de se confier et de raconter leur quotidien. Leur désarroi, le sentiment d’exclusion m’ont considérablement touché et inspiré. », explique-t-il, avant de poursuivre: « Après avoir réuni tous les financements nécessaires, nous avons, avec mon équipe, relancé les repérages à Dakar : nous avons rapidement déchanté. Tous nos contacts sur place nous ont dissuadé de tourner à Dakar un film en lien avec l’homosexualité. Aucun technicien ou acteur sénégalais n’aurait accepté de participer à ce projet. »

Grâce à une rencontre, Stéphane Olijnyk trouve une solution de repli: la Côte d’Ivoire. C’est là que l’équipe du film a pu tourner pendant une petite dizaine de jours.

Avec un budget d’un peu plus de 100 000 euros, l’équipe recherche 10 000 euros pour financer les derniers frais de production. Il reste encore sept jours. Vous pouvez participer sur la page du projet.

Voir l’affiche:

 

Voir la bande-annonce:

Related Stories

Plus de 20 drag-queens de « Drag Race » ont été façonnées en sucre et on adore
Il y aura 131 athlètes ouvertement LGBT aux JO de Tokyo, un record
Découvrez la présentatrice de "Drag Race España"
"La fracture", une nuit aux urgences au temps des gilets jaunes
Quantcast