Hospitalisé depuis deux semaines pour une érection permanente, il risque de perdre son pénis

Hospitalisé depuis deux semaines pour une érection permanente, il risque de perdre son pénis

Be first to like this.

Presque deux semaines d’hôpital pour une érection qui ne veut pas passer. Danny Polaris est un musicien et journaliste (il a notamment écrit pour Hornet) britannique installé à Berlin. Il raconte sa mésaventure au site anglais Pinknews:

« J’ai pris du viagra avant d’aller faire la fête en club. Là bas, j’ai rencontré un infirmier, avec qui je suis rentré. Il m’a injecté un facilitateur d’érection dans le pénis. Je me suis dit: pourquoi pas? Il n’y a pas de mal à ça, si? Ce fut la pire décision de ma vie »

Le lendemain, il a toujours une érection, mais se rend quand même à la pride de Berlin, avec un seau à vin sur l’entrejambe. Le jour d’après, l’érection n’est toujours pas retombée et il en hurle de douleur. Il est alors admis à l’hôtpital où on lui diagnostique un priapisme: une érection permanente. Les médecins tentent plusieurs méthodes, donc certaines extrêmement douloureuses, avec un succès mitigé. Plus de 10 jours après, l’érection est toujours là et fait toujours un mal de chien. Danny Polaris décide de faire part de sa mésaventure sur instagram. Pour alerter ceux qui seraient tentés de l’imiter tout d’abord, mais  parce qu’il a besoin d’aide financière pour couvrir différents coûts. Ses amis ont lancé un GoFundMe qui a récolté pour l’instant 650 euros, pour un objectif de 5000.

Quantcast