Élection Monsieur Ours 2018: et le gagnant est…

This post is also available in: English

Samedi soir, il n’y avait pas que la finale de l’Eurovision ! C’était aussi l’élection de « Monsieur Ours 2018 »,  l’événement annuel organisé par l’association Les Ours de Paris, point d’orgue de cinq jours de festivités anti bodyshaming, avec apéros, pique-nique et croisière sur la Seine. « Il faut à un moment arrêter de vouloir aimer malgré le fait d’être trop grand, trop gros, trop petit, trop poilu, trop gras, trop féminin… Accepter d’être aimé aussi pour ce qu’on est. On est gros, on est pédés, on est de gros pédés« , clame fièrement Nicolas, le président de l’association quand il monte sur scène.  Cette année, l’élection a déserté le Dépot pour rejoindre Les Étoiles, club de la gare de l’Est. Pas de troisième mi-temps dans une cruising zone donc, mais une ambiance toujours aussi chaleureuse avec plus de 450 personnes présentes. Des bears, des admirateurs, beaucoup de poils, quelques mecs en harnais, des tenues plus « casual ». Ah, et aussi des « Mister Ours » venus du monde entier, de Sitgès à la Floride.  Sur la piste de danse, il y avait de quoi crier « woof ! » à 120 battements par seconde !

Mais place à la compétition. Comme pour les Miss France, les huit finalistes sélectionnés ont plusieurs passages pour faire leurs preuves et convaincre jury et public. Heureusement, on nous épargne les questions de culture générale et on se concentre sur l’essentiel: la chair, le poil et le charisme. On reprochera quand même le casting très caucasien de ces finalistes. Premier tableau sur fond de RuPaul. Des portraits géants des candidats ornent la scène. Ces derniers les retournent et apparaissent dans un look renvoyant à leur métier, une passion ou un trait de personnalité. Chacun leur tour, ils ont quelques minutes pour nous convaincre le temps d’un petit déhanché plus ou moins assuré. Certains, plus à l’aise, embrassent la foule du regard et jettent à tout va des clins d’œil ou des sourires que l’on choppe à la volée. On devine déjà les favoris grâce aux clameurs qu’ils reçoivent. Le deuxième tableau est plus estival. Sur la voix de Kylie Minogue, les candidats sont introduits par Franck, Monsieur Ours 2017, qui laissera son écharpe à l’un d’entre eux. Ils défilent ensuite en boxer à paillettes, avec de gros ballons dans les bras. Pour cette dernière ligne droite, ils osent le tout pour le tout et arrachent leurs T-Shirts qu’ils lancent dans le public hystérique.

 

Julien sacré Monsieur Ours 2018

A l’issue de ces deux passages, les pronostics vont bon train dans le fumoir et sur la piste de danse où les organisateurs interpellent les derniers irréductibles qui n’auraient pas encore voté dans les urnes prévues à cet effet. Alors quand arrive l’heure des résultats, tout le monde est aux aguets. Cyriaque, le beau barbu qui n’avait pas hésité à inscrire son numéro de téléphone sur son T-Shirt, est élu deuxième dauphin. Hermann, que l’on a découvert en tenue de basketteur, prend la place de premier dauphin. Quant à Julien, qui cachait sous son tablier une tenue de lutteur fetish qui lui allait à ravir, il a l’honneur d’être sacré Monsieur Ours 2018.

On n’a pas pu s’empêcher d’aller retrouver le vainqueur dans les loges pour recueillir ses impressions à chaud. « C’était un truc extraordinaire. Il faudrait que tous « les gros pédés » le fassent pour l’aventure. Quand on est sur scène, on ressent tellement de choses, tellement de bonheur… Et puis, de huit inconnus, on est devenus huit copains, des liens forts se sont crées entre nous et entre les membres de l’association. Pour moi, c’était important de participer à cette élection. Aujourd’hui, j’ai 40 ans. Je me souviens que quand j’en avais 20, ce type d’événement n’existait pas. Être gros et gay, ce n’était pas forcément bien vu. Il n’y avait pas d’autre modèle que celui du gay athlétique et sans poils ». On apprend que Julien est parisien, chef cuisinier de métier. Un gourmand gourmet. On adore ! Et qu’il prend déjà son nouveau rôle à cœur : « Lors de la Marche des Fiertés, je serai avec les Ours de Paris pour porter fièrement le drapeau, tous poils dehors ! Et, tout au long de l’année, partout où j’irai, je souhaite aider et soutenir ceux qui ne sentent pas forcément bien avec leur corps ».  Petit détail qui a son importance, Julien est actuellement célibataire. Alors avis aux amateurs !

Voici une galerie des photos de la soirée Monsieur Ours 2018:

Photos de Jean Ranobrac