Emoi en Alsace après le suicide d’une jeune fille harcelée à l’école

Emoi en Alsace après le suicide d’une jeune fille harcelée à l’école

Be first to like this.

Elle s’appelait Dinah et elle avait 14 ans. Elle a mis fin à ses jours dans la nuit du 4 au 5 octobre dernier dans l’appartement où elle vivait avec sa famille à Kingersheim en Alsace. Selon sa famille, la jeune fille était victime de harcèlement à l’école depuis deux ans.

Sur RTL, sa mère a raconté ce qu’avait enduré sa fille: « Dinah avait un petit groupe d’amies et un jour elle a eu le malheur de leur dire qu’elle était LGBT », raconte la maman. Ce jour a été le début d’une longue descente en enfer. « Elles ont créé un groupe WhatsApp pour se moquer d’elle » avant de se mettre à la bousculer dans les couloirs du collège et à l’insulter de ‘sale lesbienne’, ‘sale intello’, ‘sale race’ ou encore ‘sale métisse’ » »

Une marche blanche était organisée hier à Mulhouse pour lui rendre hommage. La mère de Dinah a pris la parole devant une foule d’un millier de personnes et a livré un témoignage bouleversant:

« Il faut que le harcèlement cesse. Ma fille a été harcelée pendant deux ans et pendant deux ans on a fait des pieds et des mains pour que ça s’arrête, mais elles l’ont poursuivi jusqu’à la maison, jusqu’aux réseaux sociaux. Ma fille était une personne intelligente, elle aimait la vie, elle voulait présidente de la République, elle voulait faire du droit, elle voulait faire tellement de choses… Et maintenant elle n’est plus là, c’était ma fille, c’était ma meilleure amie, c’était ma vie. Le matin je la cherche encore pour la réveiller pour aller au lycée jusqu’à ce que je me rende compte qu’elle ne sera plus jamais là… »

Selon France Bleu, le procureur de la République a ouvert une enquête pour déterminer si le harcèlement avait bien conduit au suicide de la jeune fille. La famille a également reproché à l’établissement où Dinah était scolarisée de ne pas avoir suffisamment agi pour faire cesser le harcèlement. Sur RTL, la mère de Dinah affirme que le collège aurait répondu « Elle affabule, elle en fait un peu trop, ce sont des chamailleries entre gamines », lorsque le père est intervenu pour demander à ce qu’on laisse sa fille tranquille.

Related Stories

Le footballeur australien Josh Cavallo fait son coming-out
"La fracture", une nuit aux urgences au temps des gilets jaunes
L'Assemblée Nationale vote définitivement l'ouverture de la PMA aux couples lesbiens et aux femmes seules
"Montero", le premier album de Lil Nas X, est enfin disponible
Quantcast