Face aux critiques, la danseuse qui a inspiré « Girl » défend le film

Face aux critiques, la danseuse qui a inspiré « Girl » défend le film

Be first to like this.

Nora Monsecour, la danseuse belge qui a inspiré le film Girl, défend le film dans une lettre publiée sur The Hollywood reporter. Le long-métrage retrace l’histoire d’une jeune danseuse trans, Lara, et met le spectateur face aux questionnements parfois brutaux de la jeune fille sur son identité. Si au Festival de Cannes, Girl a triomphé en recevant la Queer Palm et la Caméra d’Or et s’il représentera la Belgique aux Oscars en février prochain, le film de Lukas Dhont a essuyé quelques critiques dans la communauté LGBT.

Le média gay américain Into, propriété de Grindr, a ainsi qualifié le film de « porno traumatique trans », qui doit « être évité à tout prix ». Pour un chroniqueur du média Out, c’est « un film dangereux », qui ne mérite pas un Oscar ».

En France, Komitid a salué une « réalisation virtuose », mais a estimé que « le film entretient aussi le pathos dont les femmes trans font souvent les frais au cinéma : l’obsession du corps (ici, à travers de multiples plans de taping), l’incapacité à se voir comme une femme à moins de correspondre à une apparence stéréotypée, et enfin l’opération présentée comme une ultime délivrance, un accomplissement. »

Certains pointent du doigt le fait que le réalisateur et le comédien qui incarne Lara soient tous deux des hommes cisgenres.

« Il est clair, écrit ainsi Out, que Girl est un nouvel exemple de ce qui arrive quand l’imagination cis prend le pas sur les histoires trans. » Le média dénonce notamment l’obsession du film pour l’entrejambe de la jeune fille, qui donne notamment lieu à une scène très éprouvante.

Nora Monsecour balaie ces critiques d’un revers de main:

« Bien que nos itinéraires personnels divergeaint, Lukas a compris mon besoin absolu d’être fidèle à moi-même. Je me remémore souvent combien il a été fort d’apprendre que des personnes avec un passé si différent pouvaient malgré tout s’entendre. », note-t-elle.

Sur la question des « poncifs », elle insiste que le fait que « Girl n’est pas une représentation de toutes les expériences trans, mais un récit des expériences que j’ai dû affronter au cours de mon parcours. »

« Nous avons fait un film avec des scènes dures, honnêtes. Des scènes qui peuvent être dérangeantes à regarder, mais qui sont cruciales à montrer. Je ne veux pas édulcorer mes expériences ou mettre sous les tapis mes pensées les plus sombres. Je ne devrais pas avoir à le faire — elles sont réelles et pas si rares dans la communauté trans., justifie-t-elle.

Elle s’adresse ensuite directement aux critiques du film: « Ceux qui critiquent Girl empêchent qu’une nouvelle histoire trans soit partagée avec le monde et tentent aussi de me réduire au silence moi et mon identité trans. »

 

 

Related Stories

Le footballeur australien Josh Cavallo fait son coming-out
Théâtre: "Sois un homme, mon fils", de Bouchta, ou les tribulations d'un gay fils d'immigrés algériens
Nicolas Noguier, fondateur du Refuge, mis en examen pour viol, harcèlement moral et atteinte sexuelle
Femuline, le nouvel album 100% tubes de Todrick Hall
Quantcast